Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parlement portugais a adopté vendredi en première lecture le budget 2012 d'une rigueur draconienne. Le plan va au-delà des mesures recommandées par l'UE et le FMI en échange d'une aide de 78 milliards d'euros.

Le texte a été adopté sans problème en première lecture, le gouvernement de centre droit du premier ministre Passos Coelho disposant à l'assemblée d'une confortable majorité avec 132 sièges sur un total de 230. Seule l'extrême gauche (24 sièges) a voté contre.

Le Parti socialiste, première force d'opposition avec 74 sièges, s'est abstenu afin de ne pas saper la crédibilité du pays, même s'il a critiqué la rigueur du budget.

Temps de travail augmenté

Le budget 2012 prévoit des mesures très impopulaires comme la suppression des 13e et 14e mois pour les fonctionnaires et les retraités aux revenus supérieurs à 1000 euros et l'augmentation d'une demi-heure de la durée quotidienne du travail dans le secteur privé.

Troisième pays de la zone euro après l'Irlande et la Grèce à avoir sollicité une aide exceptionnelle, le Portugal a obtenu un prêt de 78 milliards d'euros et s'est engagé en échange à appliquer un vaste plan d'austérité et de réformes.

L'un des principaux objectifs du gouvernement est de ramener cette année à 5,9% du PIB le déficit budgétaire et à 4,5% l'année prochaine.

ATS