Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers de personnes venues de tout le Portugal ont manifesté samedi après-midi à Lisbonne. Comme en Grèce, ils protestaient contre les mesures d'austérité prévues dans le plan international d'aide à ce pays, adopté en mai dernier.

D'après la CGTP, la principale centrale syndicale du pays, qui a appelé à cette journée de mobilisation, quelque 300'000 personnes ont défilé dans la capitale portugaise. La police a pour habitude de ne pas communiquer de chiffres sur le nombre des manifestants.

"Il s'agit de la plus grande manifestation de ces 30 dernières années", a souligné le secrétaire général de la CGTP, qui s'est adressé aux manifestants dans un discours à la fin de la manifestation. Il a vivement critiqué les mesures du programme d'assistance financière. Ce plan "est un programme d'agression des travailleurs et de l'intérêt national", a-t-il déclaré.

"Pas d'issue"

Les manifestants sont arrivés à Lisbonne en début d'après-midi à bord de cars affrétés pour l'occasion. Ils s'étaient d'abord concentrés en divers endroits de la capitale avant de converger vers la place du Commerce, dans le centre historique.

"Oui au travail, non au chômage", "On ne peut pas continuer à travailler sans être payés", scandaient les employés mécontents. Ils ont remis une lettre exposant leurs revendications à un policier montant la garde.

Récession de 3%

Cette mobilisation intervient à quelques jours de la troisième mission trimestrielle de la Troïka (UE, BCE et FMI), représentant les créanciers publics du Portugal. La délégation est chargée d'évaluer l'exécution du plan d'aide financière d'un montant de 78 milliards d'euros adopté en mai.

En contrepartie de cette aide, Lisbonne s'est engagé à mettre en oeuvre un exigeant programme de rigueur et de réformes sur trois ans. Le plan doit assainir les finances publiques et augmenter la compétitivité de l'économie. Mais il devrait provoquer cette année une récession de 3% du PIB.

ATS