Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une panne informatique a permis à des employés de PostFinance de réaliser des gains de change. Le cours de l'euro n'avait pas été immédiatement adapté le jour de la fixation d'un taux plancher de 1,20 franc pour un euro. La manoeuvre a porté préjudice à l'établissement, mais n'est pas illégale.

Le 6 septembre quelques employés ont sur leur propre compte acheté des euros avant de les revendre, a indiqué lundi à l'ats le porte-parole de PostFinance Peter Josty, confirmant partiellement un article du journal "Sonntag". Au courant du problème informatique, ces collaborateurs ont en profité pour effectuer ces opérations.

Lorsque la Banque nationale suisse (BNS) a fixé un taux plancher de 1,20 franc pour un euro, il a fallu environ une heure pour que le taux de change utilisé par PostFinance passe de 1,12 à 1,21. Des clients ont pu ainsi durant un bref moment également acheter des euros à un taux plus favorable aux bancomats.

Le bras financier de La Poste, qui ne dispose toujours pas de licence bancaire, s'est entretenu avec les employés impliqués. Il leur a été demandé de rembourser les gains de change à PostFinance, a informé le porte-parole.

"Nous ne pouvons pas les y contraindre", a-t-il précisé. Il prévoit cependant que l'argent sera reversé à l'établissement. Contrairement à ce qu'a annoncé "Sonntag", PostFinance n'a licencié aucun collaborateur, ajoute Peter Josty.

ATS