Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Postfinance s'est lancée dans une vaste restructuration, avec la suppression de 500 emplois d'ici fin 2020, principalement de conseillers financiers (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Postfinance a connu un premier semestre difficile et les perspectives ne sont pas favorables. La banque postale a vu son résultat net chuter des deux tiers à 125 millions de francs, en raison principalement des taux bas qui pèsent sur les recettes d'intérêt.

Au premier semestre 2017, le résultat net avait encore atteint 372 millions. Pour Postfinance, "l'évolution négative n'a rien d'une surprise. Elle va en outre se poursuivre", a averti jeudi l'entreprise.

Quant au produit d'exploitation (Ebit), il s'est établi à 146 millions, contre 387 millions au premier semestre 2017.

Le recul de 66% du bénéfice net s'explique par la base de comparaison un peu faussée par un effet spécial qui avait pu être comptabilisé l'an dernier, à savoir un revenu unique de 109 millions enregistré alors à la suite de la vente de deux portefeuilles d'actions.

Mais une bonne part de la différence est due à la diminution de 82 millions de francs du résultat des opérations d'intérêt. En raison des taux très faibles, voire souvent négatifs, régnant sur les marchés financiers nationaux et internationaux et de la diminution des possibilités de placements rentables qui en découle, les produits des opérations d'intérêts sont à la baisse depuis plusieurs années.

Vaste restructuration

Quant aux charges d'intérêts, elles ne peuvent plus guère être réduites, si bien que le résultat de ces opérations s'amenuise régulièrement, relève le bras financier de La Poste.

Sous pression, Postfinance abaissera dès le 1er octobre le seuil de perception de la commission sur avoirs auprès de ses clients privés fortunés. Il sera ramené d'un million à 500'000 francs. La commission se monte à 1%.

Postfinance est engagée dans une vaste restructuration. L'entreprise a annoncé début juin la suppression de 500 emplois d'ici fin 2020, invoquant des taux d'intérêt bas mais aussi une réglementation contraignante, complexe et coûteuse. La mesure touche en priorité les conseillers financiers, appelés à disparaître pour être remplacés par des centres d'appel.

Début août, le président de la direction Hansruedi Köng avait indiqué que le produit d'intérêts avait chuté d'un demi-milliard de francs depuis 2012.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS