Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le président de la FIFA Sepp Blatter a affirmé ne pas pouvoir sanctionner son prédécesseur Joao Havelange.
Le Brésilien est accusé par la justice suisse d'avoir touché d'énormes pots de vin de la part de la société de marketing International Sport and Leisure (ISL), en compagnie de l'ancien président de la fédération brésilienne Ricardo Teixeira.
Les attendus du Tribunal fédéral rendus publics et publiés par la BBC mercredi indiquent que Joao Havelange, 96 ans, a touché au moins 1,5 million de francs. Son ex-gendre Ricardo Teixeira, alors président de la Fédération brésilienne et vice-président de la FIFA, a de son côté reçu au moins 12,74 millions de francs.
ISL, une société de marketing ayant l'exclusivité des droits pendant plusieurs Coupes du monde de football, avait fait faillite en 2001 avec une dette de quelque 300 millions de dollars (295 millions de francs).
"Je n'ai pas le pouvoir de demander des comptes" à Havelange, a déclaré Blatter sur le site officiel de la FIFA. "Le Congrès (de la FIFA) l'a nommé Président honoraire. Seul le Congrès peut décider de son avenir".
Le Haut-Valaisan a insisté sur le fait que de tels versements n'étaient pas illégaux en Suisse à l'époque, et qu'ils "pouvaient même être déduits des impôts à titre de frais professionnels".
Havelange, membre du Comité international olympique depuis 1963, a occupé la présidence de la FIFA de 1974 à 1998 avant d'être remplacé par Blatter, son secrétaire général pendant de longues années.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS