Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Nous sommes prêts pour les négociations. Nous voulons faire cela rapidement, en respectant le calendrier" a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel à propos du Brexit au début d'une visite officielle de deux jours au Mexique.

KEYSTONE/AP/EDUARDO VERDUGO

(sda-ats)

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé vendredi que Londres allait maintenir le calendrier des négociations sur la sortie de l'Union européenne après les élections anticipées. Elle a aussi dit vouloir commencer rapidement les discussions.

"Nous sommes prêts pour les négociations. Nous voulons faire cela rapidement, en respectant le calendrier" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Mexico au début d'une visite officielle de deux jours au Mexique.

Les électeurs britanniques ont refusé jeudi à Theresa May la large majorité parlementaire qu'elle espérait en convoquant des élections anticipées, privant les Conservateurs de leur majorité absolue à dix jours du lancement des négociations du Brexit, prévu le 19 juin.

"Je suppose que la Grande-Bretagne, d'après ce que j'ai entendu aujourd'hui de la Première ministre, veut s'en tenir à son plan de négociation", a déclaré Merkel lors d'une conférence de presse avec le dirigeant mexicain Enrique Pena Nieto. Theresa May a annoncé vendredi la formation d'un gouvernement minoritaire, soutenu au Parlement par les unionistes nord-irlandais.

Ensemble

Dans la journée, plusieurs dirigeants de l'Union européenne ont dit redouter que le revers électoral subi par la Première ministre britannique ne retarde les négociations sur le Brexit et n'accroisse le risque d'un échec. Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier a pris lui un ton plus conciliant. Il a assuré que Bruxelles attendrait que le Royaume-Uni soit "prêt" avant de débuter les négociations.

La Grande-Bretagne restera dans l'Europe en dépit du Brexit, a ajouté Angela Merkel. Et de souhaiter que le pays reste un partenaire important.

"La Grande-Bretagne est membre de l'Otan, c'est pourquoi nous avons de nombreuses questions partagées à gérer ensemble, et c'est dans cet esprit que nous voulons conduire ces négociations. Tout en affirmant, évidemment, les intérêts des 27 Etats membres qui composeront l'Union européenne à l'avenir", a-t-elle dit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS