Toute l'actu en bref

Claude-Andre Moser, président du groupe de travail inter-parti sur l'hôpital (GTIH) (Parti Radical), au centre, accompagné de Patrick Herrmann (Les Verts), gauche, et de Nathan Errard, droite, (POP) lors de la conférence de presse.

KEYSTONE/LEO DUPERREX

(sda-ats)

Les partisans de l'initiative pour deux hôpitaux autonomes dans le canton de Neuchâtel entrent en campagne pour la votation du 12 février. Ils espèrent convaincre le Bas du canton que le contre-projet du Conseil d'Etat est nébuleux, trop cher et pas assez sûr.

L'exécutif cantonal propose de rassembler les soins aigus sur le site de Neuchâtel, et de créer un centre de réadaptation dans le Haut, à la Chaux-de-Fonds. L'Hôpital neuchâtelois (HNE) devrait investir quelque 240 millions de francs.

Opposés à ce projet, les partisans de l'initiative pour deux hôpitaux ont présenté leurs arguments à la presse lundi à La Vue-des-Alpes. Plusieurs conseillers communaux du Locle et de La Chaux-de-Fonds étaient présents.

"Le projet du Conseil d'Etat est nébuleux parce qu'il a été élaboré avec précipitation", a critiqué Claude-André Moser (PLR), président du comité d'initiative interpartis. Il comprend trop d'inconnues, avec des conséquences financières importantes.

"Gabegie" à Neuchâtel

Rien ne permet de prévoir que les déficits de HNE s'arrêteront, disent les initiants. Le projet du gouvernement est selon eux un gouffre financier, et il sous-évalue les coûts d'investissement, notamment pour l'agrandissement du site de Pourtalès à Neuchâtel.

Tous les Neuchâtelois sont concernés, dit Claude-André Moser: les habitants du Haut mais aussi ceux du Bas du canton. Cela touche non seulement leurs impôts, mais également leur accès à l'hôpital.

Car ce projet va encombrer le site de Neuchâtel, "ce sera la gabegie à Pourtalès", avertit M. Moser. Et d'ajouter qu'il est impensable de doter 180'000 habitants d'un seul site de soins aigus, alors que la moyenne suisse est d'un site pour 57'000 habitants.

Quant au centre de réadaptation prévu à La Chaux-de-Fonds, il est jugé surdimensionné et mal placé. "On nous le vend comme quelque chose de merveilleux", mais au final "ce sera simplement un centre de gériatrie", entrevoit Nathan Erard (POP).

Initiative plus sûre

L'initiative préconise un site de soins aigus dans chacune des deux agglomérations. Tous deux comprendraient au minimum des urgences médico-chirurgicales 24 heures sur 24 et une équipe d'anesthésie disponible en permanence, notamment. Ils seraient autonomes - pas forcément identiques mais complémentaires.

Ce projet-là est "raisonnable et rassembleur", a argumenté M. Moser. Il est économique, car il s'appuie sur les infrastructures existantes et sur un travail en réseau. Il est beaucoup plus sûr pour la population et adapté au pays de Neuchâtel, assurant la sécurité sur ses deux pôles de densité urbaine.

Pour Sylvia Morel, présidente du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds, gagner la votation à 52% contre 48% ne suffirait pas. "Il faut une victoire massive" montrant un rassemblement des citoyens.

Les initiants vont sillonner le canton ces prochaines semaines avec des conférences dans plusieurs localités. Ce vendredi aura lieu une action aux flambeaux à La Vue-des-Alpes, et une autre réunion populaire est prévue à La Chaux-de-Fonds le samedi 28 janvier.

ATS

 Toute l'actu en bref