Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré les épisodes de blanchiment subis par la grande barrière de corail, le récif n'est pas en danger, estime l'Unesco (archives).

KEYSTONE/EPA AAP/WWF AUSTRALIA/WWF/BIOPIXEL HANDOUT

(sda-ats)

La grande barrière de corail n'est pas en danger. Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco, réuni à Cracovie, a estimé qu'il n'est pas nécessaire de l'inscrire sur la liste du patrimoine en péril.

Dans une décision adoptée mercredi, le Comité note "avec profonde inquiétude le blanchiment et la mortalité du corail qui ont affecté le bien en 2016 et 2017". Mais il estime que cette situation ne nécessite pas pour autant son inscription sur la liste du patrimoine en péril, selon le texte communiqué par la porte-parole du comité, Anika Paliszewska.

Le Comité "accueille favorablement les avancées dans le lancement et la mise en oeuvre" des initiatives prises par l'Australie pour préserver la barrière, dans le cadre du "Plan de durabilité à long terme Reef 2050". Il "exprime sa satisfaction pour les importants efforts déployés par tous ceux impliqués dans la mise en oeuvre" de ce plan.

Etoiles de mer dévoreuses

Toutefois, il "encourage vivement l'Etat partie (l'Australie, ndlr) à accélérer les efforts pour s'assurer que les objectifs à moyen et long terme fixés par le plan soient atteints, ce qui est essentiel pour la résilience globale du bien, en particulier en ce qui concerne la qualité de l'eau".

La barrière est menacée par la prolifération des acanthasters, étoiles de mer dévoreuses de coraux. Elle a subi il y a peu deux graves épisodes consécutifs de blanchissement de ses coraux imputés au réchauffement climatique.

ATS