Toute l'actu en bref

Les enfants et adolescents se dépensent moins souvent qu'il y a encore quelques années, selon l'Office fédéral de la santé publique (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Faire bouger des élèves alors qu'ils sont dispensés de sport, c'est le défi lancé par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Avec "activdispens", un catalogue de 54 exercices disponible sur Internet, les écoliers peuvent quand même participer aux cours.

Les enfants et adolescents se dépensent toujours moins. "L'enseignement sportif scolaire est l'occasion pour eux de pratiquer un minimum d'activité physique", explique l'OFSP. Mais dès qu'ils souffrent de blessures légères par exemple, "beaucoup ne font plus d'efforts physiques, ce qui renforce encore leur immobilité".

Ce projet a donc pour but de mettre fin à "ce cercle vicieux", écrit l'OFSP dans son bulletin hebdomadaire publié lundi. Pour ce faire, professeurs de sport et médecins remplissent ensemble un formulaire pour un entraînement adapté. Ils déterminent quelles parties du corps de l'enfant ne doivent pas être sollicitées et quels exercices sont autorisés.

Vidéos

"Activdispens" permet ainsi aux élèves de participer à la gym en toute sécurité, sans subir de nouvelles blessures et sans aggraver leur état de santé, se félicite l'OFSP. Présentés sous forme de vidéos, tous les exercices sont accompagnés d'un bref descriptif et peuvent être sauvegardés pour un usage hors ligne.

Ils sont disponibles sur le site internet "activdispens" et une application a également été développée. Soutenu au départ par l'Office fédéral du sport, ce projet est né d'une collaboration entre le groupe de travail suisse pour les thérapies rééducatives et l'Association suisse d'éducation physique à l'école, précise l'OFSP.

L'outil est actuellement disponible en allemand, français, italien et anglais. La traduction en romanche est en cours d'élaboration.

ATS

 Toute l'actu en bref