Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les heurts entre forces de sécurité turques et militants kurdes se poursuivaient jeudi dans plusieurs villes du sud-est de la Turquie. Trois rebelles ont été tués à Diyarbakir, a-t-on appris de sources proches des services de sécurité turcs.

Les heurts à Diyarbakir ont éclaté lorsque la police a tiré au canon à eau et avec des grenades lacrymogènes sur un cortège de plusieurs centaines de personnes qui marchaient en direction du centre-ville en portant les cercueils de deux militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) tués cette semaine. Les trois rebelles tués jeudi ont quant à eux été abattus après avoir attaqué les forces de l'ordre dans le quartier de Yenisehir, ont précisé les sources.

L'offensive lancée il y a dix jours par les forces de sécurité dans le sud-est a fait au moins 31 victimes civiles, selon le Parti démocratique des peuples (HdP, pro-kurde). Les médias officiels turcs ont avancé, eux, un bilan de 168 rebelles tués.

Les combats se poursuivaient jeudi, notamment à Cizre, près de la frontière irakienne, où le PKK a érigé des barricades pour empêcher les forces turques d'avancer.

Ce changement de stratégie de la part des rebelles, qui cherchaient jusqu'alors à éviter la guérilla urbaine, expose particulièrement la population civile, qui a pu sortir de chez elle jeudi, pour la première fois en dix jours, pour faire ses courses auprès de vendeurs ambulants, a constaté une équipe de Reuters TV.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS