Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

les manifestants à Moscou ont ironisé lundi sur leur président élu, Des pancartes montrant l'homme fort de Russie Vladimir Poutine le visage féminisé par la chirurgie esthétique, un slogan moquant sa larme versée après son élection et des leaders d'opposition brocardant cette scène ont notamment été observés.

L'ex-champion du monde d'échecs Garry Kasparov, sous les hourras et les rires d'une foule de milliers d'opposants, n'a pas été tendre avec M. Poutine, qui selon ses détracteurs seraient un adepte des injections de botox.

"Goutte de botox"

Revenant sur la larme du chef du gouvernement russe la veille devant ses partisans, face au Kremlin, il a lancé: "Ce n'était pas une larme, mais une goutte de botox qui a coulé!". Vladimir Poutine a expliqué dimanche que le vent froid l'avait fait pleurer, et non l'émotion suscitée par son retour à la présidence.

Le libéral et ex-vice Premier ministre Boris Nemtsov n'a, lui, pas fait d'humour sur cette scène qui a fait le tour du monde. "Hier, le leader a pleuré entouré d'OMON (brigades anti-émeutes), de tchékistes (agents des services spéciaux, ndlr) et de nachistes" (le surnom des jeunesses favorable à Poutine), a-t-il dit.

Dans la foule, les protestataires apprécient aussi les bons mots. Ainsi, un pancarte proclame "Moscou ne croit pas aux larmes... de crocodile", en référence au titre d'un célèbre film soviétique de 1980.

ATS