Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Institut international de la presse (IPI) a recensé un record de 119 journalistes tués dans l'exercice de leur profession depuis le début de l'année 2012. En cause, notamment, le conflit en Syrie.

Il s'agit du bilan le plus lourd depuis que l'institution a commencé en 1997 à tenir systématiquement ces statistiques, précise-t-elle dans un communiqué diffusé tard dans la soirée de mercredi. En 2011, 102 journalistes ont péri dans l'exercice de leur activité professionnelle. Le bilan précédent le plus meurtrier remontait à 2009 (110 tués).

La Syrie est le pays le plus risqué, avec 36 morts recensés. Seize journalistes ont péri en Somalie suite à des attaques ciblées. Aucun des responsables n'a été inquiété par la justice, ce qui "perpétue une culture de l'impunité encourageant de nouvelles attaques", déplore l'IPI. Le Mexique, le Pakistan et les Philippines restent aussi des pays très dangereux, selon l'IPI.

Le bilan inclut les journalistes décédés à cause de leur travail ou pendant une mission, ce qui signifie que les accidents de la route par exemple sont aussi comptabilisés. Cependant la "grande majorité" des journalistes recensés ont perdu la vie suite à des attaques ciblées, précise l'institution.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS