Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près de 14'500 personnes (contre 17'200 en 2014) ont fréquenté la 11e édition du Festival du Film français d'Helvétie (FFFH), qui s'est terminée dimanche à Bienne. Le public a pu assister à la projection d'une soixantaine de films, dont 30 en grandes premières.

A l'heure du bilan encore provisoire, la fréquentation était en baisse par rapport à l'an dernier. Mais l'édition de 2014 célébrait une année jubilaire, rappelle le FFFH. En 2013, 12'500 personnes s'étaient rendues à la manifestation biennoise, qui dure cinq jours.

"Nous ne pouvons plus imaginer le mois de septembre sans cet événement", déclare le maire socialiste de Bienne, Erich Fehr, cité dans un communiqué du FFFH publié dimanche. "C'est le bilinguisme vécu et non célébré".

Fait réjouissant pour les organisateurs, le public alémanique reste un fidèle allié du festival. "On estime que 50 % des spectateurs sont germanophones." La majorité des films sont sous-titrés et tous les podiums de discussions et de débats ont pu être suivis en traduction simultanée.

Le bilinguisme affiché par le festival a d'ailleurs été loué par le conseiller fédéral Alain Berset en ouverture mercredi soir. "Les événements qui jouent un rôle d'intermédiaire en Suisse comme le FFFH sont d'autant plus importants pour s'assurer que les films traversent les frontières linguistiques".

"Bal de famille" primé

Du côté de la programmation, le FFFH a proposé durant le week-end les cinq films choisis par la Commission française du cinéma pour concourir à l'Oscar du meilleur film étranger. Les festivaliers ont également pu découvrir "L'Hermine", de Christian Vincent avec Fabrice Lucchini, doublement récompensé à la dernière Mostra de Venise, ou encore le dernier film de Xavier Giannoli, "Marguerite".

Le FFFH organisait également une compétition de courts-métrages. Le Prix découverte Bonhôte, doté de 3000 francs, a été attribué au film français "Bal de famille", de la réalisatrice Stella Di Tocco.

Outre douze podiums de discussion et des événements spécialement destinés aux cinéphiles en herbe, le jeune acteur lausannois Kacey Mottet Klein (vu notamment dans "L'enfant d'en haut", d'Ursula Meier) faisait aussi l'objet d'une attention spéciale et était à l'affiche de plusieurs films.

ATS