Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des mesures rentables pour améliorer l'efficacité électrique constituent la clé de la nouvelle politique énergétique suisse, selon l'Agence de l'énergie pour l'économie (AEnEC). Une réduction de la consommation d'électricité de 15 à 20% d'ici à 2050 serait ainsi possible.

L'AEnEC a montré le potentiel d'amélioration de l'efficacité électrique dans les entreprises au cours d'un séminaire organisé par economiesuisse et l'usam lundi à Berne. L'efficacité électrique est un thème clé et notre compétence centrale depuis des années, a rappelé Pascal Gentinetta, président de l'AEnEC et directeur d'economiesuisse.

Avec plus de 5000 mesures mises en oeuvre par quelque 2200 entreprises membres, l'agence dispose de données uniques et exhaustives à l'échelle de la Suisse dans le domaine de l'efficacité énergétique et électrique. Celles-ci permettent d'évaluer de manière réaliste les potentiels d'économie futurs.

Potentiel d'économie à 7 milliards

Martin Jakob, directeur de l'institut TEP, a présenté une étude sur les réductions en électricité commandée par l'AEnEC, qui évalue le potentiel d'économie à 7 milliards de kilowattheures (TWh) au maximum. D'après les chercheurs, des réductions supérieures à 20% impliqueraient de prendre des mesures économiquement non rentables.

Les données utilisées par le Conseil fédéral, c'est-à-dire les analyses de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), ont également été présentées. Si les résultats sont comparables avec ceux de l'AEnEC, le Conseil fédéral estime que des mesures incisives, mais très controversées, comme la réforme fiscale écologique, s'imposent à partir de 2020.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS