Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près de 200'000 civils vulnérables sont pris au piège des combats à Taëz (sud-ouest du Yémen) entre les forces gouvernementales et les rebelles chiites houthis, a déploré l'ONU. Ils manquent cruellement d'eau, de nourriture et de médicaments.

Le patron des opérations humanitaires Stephen O'Brien a, dans un communiqué publié mardi soir, accusés les rebelles houthis de "bloquer des routes d'approvisionnement et de continuer à empêcher la livraison d'aide humanitaire". Les habitants de la ville en ont un besoin urgent, souligne-t-il.

Des quartiers d'habitations et des installations médicales autour de Taëz sont aussi "continuellement touchés par des tirs d'obus", a-t-il ajouté. Les hôpitaux de Taëz sont surchargés par les blessés et manquent de personnel.

Malgré les efforts des agences humanitaires, les convois restent bloqués aux points de contrôle et l'accès humanitaire est "très limité 8...) Je suis aussi inquiet des informations sur des détournements de fournitures humanitaires destinées aux habitants de Taëz", a déclaré M. O'Brien.

Jugeant la situation "inacceptable", il a enjoint "toutes les parties prenantes (...) à faciliter d'urgence la livraison de l'aide pour sauver des vies".

Ponts détruits

Le 16 novembre, les forces progouvernementales ont lancé une offensive pour lever le siège de Taëz, chef-lieu de la province éponyme, et reconquérir l'ensemble de la province. Les Houthis ont détruit de nombreux ponts pour empêcher les troupes loyalistes d'avancer vers la ville, ont indiqué mardi des sources militaires.

L'aviation de la coalition arabe, conduite par l'Arabie saoudite, qui soutient le gouvernement, a lancé lundi une série de raids sur les positions rebelles dans ce secteur.

Conflit meurtrier

Les Houthis sont entrés en guerre en 2014 contre le pouvoir central. Ils contrôlent toujours les provinces du nord du Yémen et la capitale Sanaa. Ils ont été chassés en juillet de cinq provinces du sud, dont celle d'Aden.

Depuis l'intervention en mars d'une coalition militaire arabe en appui au président Abd Rabbo Mansour Hadi, le conflit au Yémen a fait plus de 5700 morts, dont près de 2700 civils, selon des agences de l'ONU.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS