Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les migrants célèbrent leur entrée dans l'enclave espagnole de Ceuta. Ils ont réussi à prendre par surprise les forces de sécurité marocaine et espagnole, qui s'attendaient à ce qu'ils sautent par-dessus les clôtures.

KEYSTONE/EPA EFE/REDUAN

(sda-ats)

Au moins 187 migrants originaires de pays de l'Afrique subsaharienne ont réussi à pénétrer lundi matin à l'intérieur de l'enclave espagnole de Ceuta, dans le nord du Maroc. Ils ont couru à toute vitesse pour passer le poste-frontière au petit matin.

"Ils sont entrés à 5 heures du matin (03h00 suisses) par le poste frontalier", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la préfecture de cette enclave espagnole au Maroc. Ce sprint nocturne a surpris les agents qui, débordés, n'ont pu retenir les coureurs.

"Il n'y avait pas eu de tentative menée de cette façon depuis très longtemps par ici", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Garde civile. Sur une vidéo tournée par une télévision locale, on voit des jeunes hommes originaires d'Afrique subsaharienne exulter dans les rues de Ceuta, rendre grâce à Dieu ou crier "bienvenue en Espagne".

Entrée privilégiée

Ils ont majoritairement été transférés vers un centre de rétention d'où ils pourront faire une demande d'asile. La Croix-Rouge a indiqué avoir pris en charge 186 personnes, ajoutant que quatre d'entre elles ont été hospitalisées pour des contusions ou des coupures.

Des migrants tentent régulièrement de pénétrer dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Elles sont encerclées par des grilles métalliques qui atteignent parfois les 6 mètres de haut et sont surmontées de fils de fer de barbelés.

Une fois à l'intérieur, les migrants sont généralement regroupés dans des centres d'hébergement provisoires avant d'être conduits en Espagne continentale ou renvoyés dans leur pays d'origine. Depuis le début de l'année, la Croix-Rouge y a pris en charge quelque 7400 migrants, contre 3600 sur la même période l'an dernier.

ATS