Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines de milliers de réfugiés rohingyas se trouvent dans des conditions difficiles dans les camps de Cox's Bazar au Bangladesh (archives).

KEYSTONE/AP/DAR YASIN

(sda-ats)

Près de 250 Rohingyas musulmans sont décédés depuis août en raison de naufrages à la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh. De son côté, l'UNICEF a dit vendredi à Genève que le taux de malnutrition sévère aiguë des enfants est le double de celui de mai dernier.

Outre les victimes de naufrages, un nombre aussi important de personnes sont portées disparues, a précisé devant la presse un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrants (OIM). De même, ces données ne prennent pas en compte les réfugiés décédés après leur arrivée aux camps de Cox's Bazar.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 100 personnes sont décédées depuis fin août dans ces sites. Dont 43 enfants de moins de 5 ans.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a lui mené entre le 22 et le 28 octobre une évaluation de la malnutrition des enfants dans le centre de Kutupalong auprès de plus de 400 familles. Deux autres sont prévues en novembre. Le taux de ceux qui sont atteints de manière sévèrement aiguë s'établit à 7,5%. C'est deux fois plus qu'en mai dernier.

Plusieurs milliers d'arrivées

Dans le nord de l'Etat birman de Rakhine d'où sont arrivés plus de 600'000 Rohingyas depuis fin août, dont 4000 de mercredi à vendredi matin, le seuil d'urgence a été dépassé depuis longtemps. L'UNICEF a pris en charge plus de 2000 enfants en priorité dans 15 centres de traitement. Six autres sites sont prévus.

Au total, 26'000 enfants se trouvent actuellement au camp de Kutupalong et manquent de nourriture et d'eau. Ils sont confrontés à une situation sanitaire difficile et à des maladies diarrhéiques ou des infections respiratoires.

Selon l'OMS, moins de 20% de l'eau est conforme aux standards du Bangladesh et de l'organisation. Un peu moins de 40 cas de rougeole ont été confirmés. En revanche, aucun cas de choléra n'a été observé pour le moment. La seconde partie de la vaste campagne de vaccination auprès de centaines de milliers de personnes doit débuter samedi, a également indiqué l'organisation.

Problème de la citoyenneté

Côté politique en Birmanie, la priorité du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) reste la question de la citoyenneté des migrants musulmans, considérés comme apatrides par les autorités. Le haut commissaire adjoint était sur place jusqu'à mercredi, avant de se rendre au Bangladesh.

Il est impossible de savoir quand les plus de 800'000 Rohingyas qui ont fui vers ce pays pourront rentrer, a estimé de son côté un porte-parole. Un atelier a eu lieu mardi sur les règles internationales pour le rapatriement de réfugiés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS