Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 2450 personnes avaient signé mercredi le manifeste en ligne "Egalité salariale maintenant plus que jamais". Une centaine de personnalités de tous horizons soutiennent ce texte: elles ne veulent pas que sous prétexte du franc fort et de la crise économique qui menace, les revendications des femmes passent une nouvelle fois de plus à l'as.

Parmi les personnalités qui soutiennent ce manifeste "Pas de pacte contre les femmes", on trouve les anciennes conseillères fédérales Ruth Dreifuss et Micheline Calmy-Rey. Sans oublier Christiane Brunner, l'ancienne présidente du parti socialiste suisse.

Des hommes aussi ont apposé leur paraphe, à l'image de Martin Flügel, président de Travail.Suisse et Alain Carrupt, qui dirige syndicom.

"Il est question de programmes de dérégulation qui prévoient le renoncement à l’égalité salariale et à une représentation équitable des femmes parmi les cadres et dans les conseils d’administration", peut-on lire sur le manifeste en ligne lohngleichheitsmanifest.ch. "Ces deux mesures sont irresponsables pour des raisons économiques et inacceptables pour des raisons de justice."

Les signataires demandent une application plus énergique du principe "à travail égal, salaire égal". Celui-ci est inscrit dans la constitution depuis 1981 et depuis 1995 dans la loi.

677 francs par mois

L’écart, selon les dernières études, est de 18,9% au détriment des femmes, soit 677 francs par mois en 2012. Si une partie de la différence s'explique par des questions de formation ou de niveau de responsabilité, environ 9% relèvent de la pure discrimination.

De surcroît, le Conseil fédéral et la responsable du Département de justice et police Simonetta Sommaruga proposent une surveillance de l’égalité des salaires dans les entreprises de plus de 50 employés. Un écart de 5% serait toléré.

La mouture devrait être mise en consultation d'ici à l'été. A droite et dans des milieux patronaux, la résistance est déjà annoncée.

Le manifeste a été publié le 1er mars dans "Le Matin dimanche" et la "SonntagsZeitung". Samedi 7 mars, les signataires iront manifester à Berne pour la journée des femmes, à l'appel d'une cinquantaine d'organisations, dont les femmes des partis bourgeois et du centre, de la gauche et des syndicats.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS