Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un blessé est emmené à l'hôpital après l'attaque contre la mosquée d'Hérat.

KEYSTONE/AP/HAMED SARFARAZI

(sda-ats)

Un attentat suicide a visé mardi une mosquée chiite d'Hérat, la principale ville de l'ouest de l'Afghanistan. Il a fait une trentaine de morts et plus de 60 blessés, selon des sources hospitalières.

D'après le porte-parole de la police locale, deux assaillants au moins sont passés à l'attaque. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'un d'eux aurait déclenché la charge explosive qu'il portait sur lui tandis qu'un autre lançait des grenades en direction des fidèles qui étaient réunis à l'intérieur de la mosquée, a-t-il ajouté, précisant que les deux assaillants étaient morts.

"Le bilan s'élève à 29 morts et 63 blessés dont certains sont dans un état critique", a indiqué le porte-parole de l'hôpital régional, Rafiq Shirzai. "Ce bilan pourrait encore évoluer", selon lui.

Un correspondant de l'AFP sur place a indiqué avoir vu "de nombreux corps" à l'intérieur de la mosquée, laissant craindre un bilan beaucoup plus lourd: il a rapporté la vision de "morceaux de corps éparpillés, de flaques de sang, de gens hurlant, pleurant..." avant d'être chassé par la police.

L'ombre de l'EI

Cette action n'a pas encore été revendiquée. Mais depuis un an, l'EI a visé à plusieurs reprises des foules et des mosquées de la minorité chiite d'Afghanistan. Les talibans ont d'ailleurs rejeté mardi soir toute responsabilité dans cette opération sur leur compte Twitter et par un message envoyé à l'AFP.

Cet attentat intervient au lendemain d'une attaque complexe menée par quatre assaillants contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, revendiquée par l'EI, qui a fait deux morts parmi le personnel afghan de l'ambassade.

C'était la première attaque contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, après plusieurs attentats contre d'autres missions étrangères. Cette série d'attaques intervient en pleine débâcle de l'EI en Irak et en Syrie.

L'EI, qui recule au Levant, est apparu dans l'est de l'Afghanistan pour fonder "L'émirat du Khorasan", le nom antique de la région, début 2015. Il progresse désormais dans le nord du pays malgré les raids aériens américains qui ciblent régulièrement ses positions.

"Véritable menace"

Pour un analyste afghan à Kaboul, "cette attaque a prouvé que l'EI est une véritable menace" en Afghanistan. "Pour venger sa défaite en Irak, l'EI et ses partisans (...) ont conduit l'attaque contre l'ambassade d'Irak: c'est facile d'attaquer des cibles molles en Afghanistan", relevait mardi Jawed Kohistani, joint par l'AFP.

Selon une source de sécurité refusant d'être identifiée, "l'EI pourrait bien s'avérer plus dangereux que les talibans en Afghanistan".

ATS