Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 49 personnes ont été tuées mercredi dans un accident de train dans le centre de Buenos Aires. Un train de banlieue n'est pas parvenu à s'arrêter en entrant en gare et a emporté les butées en bout de ligne. Des responsables ont évoqué une probable défaillance des freins.

Les victimes sont "48 adultes et un mineur", a annoncé un porte-parole de la police à la station Once, dans le centre commerçant de la capitale argentine, où a eu lieu l'accident. Auparavant, les services de secours avaient fait état de 550 blessés dans l'accident intervenu vers 08h00 (12h00 suisses).

Des images de vidéo-surveillance diffusées sur des chaînes de télévision montrent le train arriver en gare sans freiner, puis des wagons s'encastrer les uns dans les autres. Des images d'amateurs montraient ensuite des passagers prisonniers des tôles, tentant de s'extirper de wagons accidentés.

"Le train est entré dans la gare de Once à la vitesse de 26 km/h. Nous supposons que les freins étaient défectueux", a dit le ministre des Transports, cité par l'agence de presse Telam.

Tout a été filmé

"L'accident est très grave. Des wagons se sont encastrés les uns dans les autres et l'un d'eux est entré de six mètres dans un autre. Tout est filmé et pourra être étudié" pour les besoins de l'enquête, a-t-il ajouté.

Le conducteur du train, qui transportait 2000 passagers, a été blessé dans l'accident, mais est parvenu à s'extirper de sa cabine avec l'aide de pompiers et de membres de la protection civile.

"Il y a des gens ensanglantés avec des fractures. Les infirmiers ne peuvent pas faire face", a témoigné sur une chaîne de télévision locale un passager. Selon des images des médias locaux, beaucoup de passagers étaient pris en charge directement dans la gare.

Plus d'une vingtaine d'ambulances ont été dépêchées sur les lieux, alors que les blessés les plus gravement touchés étaient évacués par hélicoptère. "J'ai senti le souffle du choc. Il y a eu un bruit terrible.

ATS