Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près de deux tiers des Suisses jugent superflue l'acquisition de nouveaux avions de combat. La hausse du budget militaire déplaît également à une majorité des citoyens. Mais seul un sur dix soutient la suppression de l'armée suisse, selon un sondage à paraître dimanche dans la "Zentralschweiz am Sonntag".

Une petite majorité des 1005 citoyens interrogés par l'institut Demoscope est favorable à une armée de milice (53%), l'armée professionnelle réunissant 32% de défenseurs. Alors que 5% ne se prononcent pas, 10% sont pour la suppression pure et simple de l'armée, a indiqué samedi la "Zentralschweiz am Sonntag".

La hausse du budget militaire de 4 à 5 milliards annuels ne convainc en revanche pas les Suisses. Ils sont 57% à le juger trop élevé. Un petit tiers estime qu'il est correct et seuls 3% pensent qu'il est trop modeste. Une personne interrogée sur 10 n'a pas d'avis.

Nouveaux avions de combat

Si 64% des sondés se déclarent opposés à l'achat de nouveaux avions de combat, ils sont 82% à refuser que cette acquisition se fasse au détriment d'économies dans les autres départements. Vu les finances, le Conseil fédéral n'était pas pressé d'acheter les remplaçants des Tigers F-5.

Mais c'est le Parlement qui a décidé de cette acquisition et de la hausse du budget. Suivant la décision du législatif, le gouvernement a proposé fin novembre d'acheter 22 jets suédois de type Gripen pour 3,1 milliards de francs. Formellement, le peuple n'aurait pas besoin d'être consulté. Mais la gauche a déjà annoncé que si les autorités ne soumettaient pas cet achat au référendum, elle lancerait une initiative pour l'empêcher.

ATS