Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Forces de police plus visibles, population inquiète, expatriés et Congolais fuyant à Brazzaville: la RD Congo et particulièrement sa capitale Kinshasa vivent dans la crainte de violences à la veille de l'annonce des résultats complets de la présidentielle du 28 novembre.

Le décompte total provisoire pourrait cependant ne pas être donné ce mardi par la Commission électorale (Céni). Selon ces chiffres, le président sortant Joseph Kabila confirme son avance (46,4%) et précède de près de 1,3 million de voix l'opposant Etienne Tshisekedi (36,2%), lequel rejette ce décompte.

Comme pour dénouer la tension qui monte dans le pays avant l'annonce des résultats complets, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a exhorté les Congolais au calme: "Demain le jour se lève, Congolais soyez tranquilles", a-t-il déclaré à la Télévision nationale (RTNC) dans la soirée.

Dans le quartier résidentiel de la Gombe, où se trouvent le palais présidentiel et des ambassades, la Garde républicaine (ex-garde présidentielle), était plus présente lundi. Quelque 20'000 militaires, selon une source militaire occidentale, sont déployés dans la capitale où la majorité de la population vit dans une grande pauvreté et dénuement.

ATS