Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Criant à la "fraude" et au "vol" de l'élection, les sympathisants du candidat de l'opposition n'ont cessé de manifester leur colère depuis le vote au Honduras.

KEYSTONE/EPA EFE/HUMBERTO ESPINOZA

(sda-ats)

Le président sortant du Honduras, Juan Orlando Hernandez, a appelé jeudi ses partisans à manifester pour célébrer sa réélection. Elle n'est pourtant pas confirmée officiellement et reste très contestée par ses opposants, eux aussi dans la rue.

"C'est un message de soutien à notre candidat et plus grand dirigeant, Juan Orlando Hernandez", a expliqué aux journalistes Reinaldo Sanchez, président du Parti national (PN, droite), en convoquant cette manifestation dans la capitale Tegucigalpa.

Onze jours après le scrutin du 26 novembre, le Tribunal suprême électoral (TSE) n'a toujours pas proclamé de vainqueur même si ses chiffres, portant sur 100% des bulletins, créditent M. Hernandez de 42,98% des voix contre 41,38% pour son opposant de gauche, l'animateur de télévision Salvador Nasralla.

Criant à la "fraude" et au "vol" de l'élection, les sympathisants de ce dernier n'ont cessé de manifester leur colère depuis le vote, ce qui a dégénéré dans des violences, avec au moins trois morts selon les autorités - 11 selon des organismes de défense des droits de l'homme -, et des pillages de commerces. Jeudi ils bloquaient diverses voies d'accès à la capitale.

Crainte de nouvelles violences

"Il y a des manifestations signalées sur les routes" dans plusieurs régions du pays, a indiqué le porte-parole de la police, le commissaire Jair Meza. "Les manifestants sont en train de brûler des pneus" mais "la police agira pour libérer les voies".

La présence dans les rues des deux camps laisse craindre de nouvelles violences dans ce pays pauvre, considéré comme l'un des plus dangereux en monde.

Populaire animateur de télévision sans expérience politique, Salvador Nasralla, 49 ans, avait créé la surprise dans les premières heures après l'élection, en devançant de près de cinq points Juan Orlando Hernandez, 64 ans. Mais, après ces résultats partiels portant alors sur 57% des bulletins, il avait peu à peu perdu son avance avant de se faire doubler.

Il accuse le TSE d'avoir falsifié une partie des procès-verbaux à la faveur de pannes informatiques, et réclame un recomptage total des votes par des organismes internationaux. Ces derniers se sont rangés de son côté, l'Organisation des Etats américains (OEA) demandant "un processus exhaustif et méticuleux de vérification" des résultats.

L'OEA dénonce le "manque de garantie et de transparence" ainsi que "l'accumulation d'irrégularités", estimant qu'elle "ne peut avoir de certitudes sur les résultats".

Recomptage accepté

Dans un communiqué commun, l'Argentine, le Chili, la Colombie, le Guatemala, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, le Chili et l'Uruguay ont exprimé leur "soutien" à un examen global du processus.

Le président Hernandez a dit accepter un recomptage total des voix, mais l'opposition, qui a jusqu'à vendredi pour en faire la demande officielle auprès du TSE, ne l'avait toujours pas fait jeudi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS