Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Déjà en campagne sans le dire depuis plusieurs semaines, Nicolas Sarkozy officialisera mercredi, sur TF1, son entrée dans la course pour la présidentielle française. L'annonce devrait être suivie, le lendemain, par une première réunion de campagne à Annecy.

La candidature de Nicolas Sarkozy était certes un secret de polichinelle, mais la date précise et la forme de la déclaration ont fait l'objet de spéculations entretenues par son entourage.

Voler la vedette

Tous les candidats déclarés à la présidentielle et leur entourage se félicitent de l'annonce imminente de cette candidature, qui marquera le début de la phase active de la campagne. Le président espère voler la vedette à son adversaire socialiste, François Hollande, qui tiendra au même moment une grande réunion publique, la deuxième du genre, à Rouen, sa ville natale.

L'annonce de candidature de Nicolas Sarkozy devrait être suivie jeudi d'un premier déplacement en province, à Annecy, avant un premier grand meeting de campagne dimanche à Marseille. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, 38 ans, une des étoiles montantes de la droite, sera la porte-parole de la campagne, selon la source proche de la présidence.

Changement de stratégie

Après avoir envisagé de ne se déclarer qu'à la dernière minute, mi-mars, à peine plus d'un mois avant le premier tour, comme l'avait fait avec succès en 1988 l'ancien président socialiste François Mitterrand, Nicolas Sarkozy a dû changer sa stratégie et accélérer son calendrier.

Avec 25% des intentions de vote au premier tour, il ne décolle pas dans les sondages. Il est encore donné largement distancé par François Hollande (30%), et il reste menacé par la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (17,5%). Et au deuxième tour, il est sévèrement battu par le candidat socialiste (57,5%), selon une enquête de l'institut Ifop publiée mardi.

ATS