Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rivaux de Mitt Romney l'ont étrillé lundi sur son passé d'homme d'affaires, dans un effort désespéré pour éviter sa victoire annoncée dans l'élection primaire républicaine du New Hampshire. L'ancien gouverneur du Massachusetts y est crédité de 41 à 33% des intentions de vote.

La deuxième place semble très ouverte, entre notamment le libertarien Ron Paul et l'ancien ambassadeur du président Barack Obama en Chine, Jon Huntsman.

Depuis plusieurs jours, M. Romney est sur la sellette pour son rôle dans les années 1980 et 1990 à la tête du fonds d'investissement Bain Capital, spécialisé dans la restructuration d'entreprises. A l'époque il avait fait fortune.

"Pillard prédateur"

L'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich, à la traîne dans les sondages, n'a pas mâché ses mots. "Apparemment, ils ont pillé les entreprises, laissé les employés au chômage et sont partis avec des millions de dollars", a-t-il dénoncé sur NBC.

Et un groupe de soutien de M. Gingrich a décidé de diffuser en Caroline du Sud, prochain Etat à voter, des spots télévisés dénonçant le rôle de "pillard prédateur d'entreprises" de M. Romney durant sa période à la tête de Bain.

M. Gingrich est particulièrement remonté contre M. Romney, depuis des spots électoraux très critiques à son égard, financés par des proches de l'ancien gouverneur du Massachusetts avant le caucus de l'Iowa où M. Gingrich n'a fait que 4e, avec 13% des votes.

ATS