Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mitt Romney a largement remporté samedi la primaire républicaine du Nevada, dans l'ouest des Etats-Unis, selon les estimations des médias américains. Il confirme ainsi son statut de favori pour affronter le président sortant Barack Obama en novembre.

Selon les estimations portant sur près de 43% des bureaux de vote, Mitt Romney caracole en tête avec 42,4% des suffrages, suivi de Newt Gingrich avec 26,1%, Ron Paul avec 18,3% et Rick Santorum avec 13%.

Dans son discours de victoire, Mitt Romney n'a même pas pris la peine de prononcer le nom de ses concurrents, préférant s'en prendre directement au président Obama et asseoir ainsi son statut de candidat naturel des républicains.

Troisième victoire

"M. le président, le Nevada en a assez de votre aide. Et M. le président, les Etats-Unis aussi en ont assez de votre aide", a-t-il déclaré devant ses militants. "Les politiques erronées du président ont fait durer les temps difficiles" que nous vivons, a-t-il affirmé.

"Les Etats-Unis ont besoin d'un président capable de remettre l'économie sur les rails parce qu'il comprend l'économie. Je la comprends et je le ferai", a-t-il lancé, en présence de sa femme et de ses enfants.

M. Romney remporte avec le Nevada sa troisième victoire sur son principal rival, Newt Gingrich, après ses triomphes dans le New Hampshire et en Floride.

Gingrich ne jette pas l'éponge

Sa confortable victoire était attendue, dans un Etat où l'on compte un grand nombre de Mormons - la confession de M. Romney. Ce dernier avait déjà remporté haut la main la primaire du Nevada lors de sa campagne pour l'investiture en 2008, qu'il avait finalement perdue au profit du sénateur John McCain.

Newt Gingrich, qui marque le pas face à la campagne parfaitement huilée et abondamment financée de M. Romney, a cependant démenti les rumeurs selon lesquelles il comptait jeter l'éponge. Il a assuré qu'il resterait dans la course jusqu'à la convention républicaine en août à Tampa (Floride).

ATS