Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les élections présidentielle et parlementaires au Nigeria, qui devaient avoir lieu le 14 février, ont été reportées de six semaines pour des raisons de sécurité dans le pays, a annoncé la commission électorale à Abuja. Elles sont désormais fixées au 28 mars.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (INEC), Attahiru Jega, a expliqué vers 23h00 avoir donné suite à une requête des responsables de la sécurité. Ces derniers ont jugé "déraisonnable" de maintenir la date des scrutins au 14 février alors que les forces de défense ne seraient pas disponibles pour assurer la sécurité du vote sur l'ensemble du pays.

Les troupes sont engagées dans des opérations militaires contre le groupe islamiste armé Boko Haram, qui mène depuis six ans des attaques et enlèvements sanglants dans le nord-est du pays.

Le conseiller national à la sécurité du Nigeria, Sambo Dasuki, avait demandé un report des élections de six semaines au moins. "Il y a un certain nombre de questions qui sont cruciales pour les élections, comme la sécurité qui n'est pas sous le contrôle de l'INEC", a dit M. Jega à l'issue de plusieurs rencontres à huis clos avec la classe politique, la société civile et les membres de l'organe électoral.

"Recul pour la démocratie"

Jusqu'à samedi, la commission électorale, sous forte pression, avait résisté aux demandes de report des scrutins qui se sont multipliées ces dernières semaines dans le pays, y compris au sein d'instances officielles. Elle avait assuré à plusieurs reprises être prête pour l'échéance du 14 février.

Au total, 14 candidats sont en lice pour la présidentielle qui, selon plusieurs analystes, devrait se jouer entre deux favoris: le chef de l'Etat sortant Goodluck Jonathan, 57 ans, sous les couleurs du Parti démocratique populaire (PDP) et l'ex-général Muhammadu Buhari, 72 ans, en compétition pour le Congrès progressiste (ACP), principale formation de l'opposition.

Avant la déclaration de M. Jega, le secrétaire national du PDP, Wale Oladipo, a assuré que sa formation se rangerait à la décision de l'INEC. Après l'annonce du report, l'APC a dénoncé dans un communiqué "un recul majeur pour la démocratie nigériane", promettant d'informer les Nigérians sur sa décision "dans les prochains jours".

Crainte de violences

Des analystes ont affirmé craindre que le report ne donne lieu à des violences politiques dans le pays où en 2011, des troubles électoraux ont fait un millier de tués.

Samedi à Abuja, plusieurs manifestants hostiles à un changement de calendrier électoral s'étaient rassemblés.

L'armée nigérienne a elle repoussé dimanche une attaque lancée par Boko Haram contre la ville de Diffa, à la frontière entre le Niger et le Nigeria. Mais un homme a réussi à commettre un attentat-suicide sur le marché de la capitale provinciale, confrontée pour la première fois à ce type de violences.

Selon plusieurs sources, cet attentat aurait fait entre un et cinq tués et dix à quinze blessés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS