Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

François Hollande a remporté dimanche la primaire socialiste pour la présidentielle française de 2012, distançant largement avec plus de 56% des voix sa rivale Martine Aubry. La maire de Lille a reconnu sa défaite et appelé au "rassemblement autour de notre candidat".

"Je salue chaleureusement la victoire de François Hollande, notre candidat pour la présidentielle de 2012", a déclaré Martine Aubry. "Les primaires l'ont rendu plus légitime et plus fort encore dans le combat contre la droite et l'extrême droite (...). L'heure est maintenant au rassemblement autour de notre candidat", a-t-elle ajouté.

François Hollande sera donc être le principal adversaire de Nicolas Sarkozy, candidat probable à sa propre réélection, lors de la présidentielle d'avril et mai prochains.

Reports de voix

Premier candidat déclaré à cette primaire "à l'américaine", ouverte à tous les électeurs se disant sympathisants de gauche et inédite en France, François Hollande, 57 ans, était déjà arrivé en tête du premier tour dimanche dernier, avec neuf points d'avance (39,2% contre 30,4%) sur Martine Aubry.

Le député de Corrèze a bénéficié de bons reports de voix des quatre candidats éliminés au premier tour, Arnaud Montebourg (17,2%), son ex-compagne Ségolène Royal (6,9%), Manuel Valls (5,6%), et le centriste de gauche Jean-Michel Baylet (0,6%). Ils s'étaient tous prononcés en sa faveur.

"L'heure est à l'union", a déclaré après l'annonce des premiers résultats Mme Royal, pour qui "le candidat recueille donc une marque de confiance très forte".

Trois millions d'électeurs

Près de trois millions d'électeurs se sont déplacés, renouvelant le succès populaire du premier tour (2,7 millions de votants).

Toute la semaine passée, les deux candidats ont essayé de souligner leurs différences, notamment lors d'un débat mercredi suivi par plus de six millions de téléspectateurs.

Mais ce sont surtout les convergences qui sont apparues, tous deux étant les tenants d'un réformisme de gauche qui accepte les contraintes budgétaires et place la justice sociale en tête des priorités.

ATS