Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

MétéoSuisse peut livrer des prévisions météorologiques plus détaillées grâce à un nouveau superordinateur. Son architecture informatique lui permet de calculer plus rapidement et avec une meilleure efficacité énergétique.

Le nouveau superordinateur de MétéoSuisse est 40 fois plus puissant que l'ordinateur actuel installé au Centre suisse de calcul scientifique (CSCS) à Lugano. Il permet de réaliser une simulation plus proche de la réalité, a indiqué mardi MétéoSuisse lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Zurich.

Maillage plus fin

Le "superordinateur météo" calcule des modèles météorologiques de résolution deux fois plus élevée que les précédents. Jusqu'à présent, MétéoSuisse utilisait un maillage de 2,2 km. Le nouveau superordinateur offre une meilleure résolution avec un maillage de 1,1 km.

Il est ainsi possible de prévoir de manière plus détaillée les risques d'orage et les régimes de brises thermiques dans les montagnes. "C'est un pas supplémentaire pour augmenter l'utilité des prévisions", selon Peter Binder, directeur de MétéoSuisse, cité dans un communiqué.

Nouvel architecture informatique

L'Office fédéral de météorologie et de climatologie est le premier service national de météorologie à miser sur une nouvelle architecture informatique basée sur les microprocesseurs GPU pour les opérations de prévision numérique. Ils permettent d'effectuer deux fois plus rapidement des simulations en consommant trois fois moins d'énergie que les microprocesseurs conventionnels (CPU).

Le nouveau superordinateur de MétéoSuisse du type Cray CS-Storm est composé de deux armoires. Chacune contient 12 noeuds de calculs hybrides avec 96 GPU Nvidia Tesla K80 et 24 microprocesseurs classiques Intel Haswell. Il est le résultat direct de la "collaboration étroite" entre le CSCS, MétéoSuisse, NVIDIA et Cray.

Le nouveau système fonctionnera en parallèle à l'ancien pendant une période de transition. Il le remplacera définitivement au printemps ou durant l'été 2016, a précisé MétéoSuisse.

ATS