Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les délégués du PS ont recommandé aux quelque 31'000 membres du parti, qui auront le dernier mot sur la prévoyance vieillesse 2020, de soutenir la réforme.

Keystone/KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI

(sda-ats)

Les délégués du PS, réunis samedi en assemblée à Castione (TI), se sont prononcés en faveur d'un vote général des quelque 31'000 membres du parti sur la prévoyance vieillesse 2020. Les militants ont jusqu'au 30 avril pour envoyer leur réponse par voie postale.

Seules quelques voix isolées n'ont pas retenu samedi la proposition de la direction du parti, critiquant une sorte de jeu de miroirs au sein du PS, a constaté l'ats sur place. Un représentant de la Jeunesse socialiste suisse a répliqué qu'un tel vote ne constitue pas un "gag marketing", mais le signe que le PS est bien "le parti suisse de la démocratie directe".

La réforme de la prévoyance vieillesse représente "un progrès", soulignait un peu plus tôt Christian Levrat dans son discours d'ouverture. Elle reste cependant "un compromis partiellement contesté, même à gauche". D'où la légitimité d'un vote général, qui sera organisé pour la troisième fois de l'histoire du PS.

En 1921, tous ses membres avaient voté sur l'adhésion ou non à l'internationale communiste, a rappelé le président du Parti socialiste. En 1995, c'était déjà sur le thème des retraites que l'avis des militants était demandé. Désormais, un vote général interviendra par législature sur les thèmes les plus importants, a dit à l'ats Michael Sorg, porte-parole de la formation politique.

Un des piliers du pays

Avoir plus souvent recours au vote général permettra de renforcer l'attractivité d'une adhésion au PS, selon M. Levrat. Cet instrument est "davantage démocratique et légitime" que les habituelles recommandations de vote, a dit le conseiller aux Etats fribourgeois.

La prévoyance vieillesse ne représente pas n'importe quel débat à l'ordre du jour, elle est l'un des piliers du pays, a souligné pour sa part le conseiller fédéral Alain Berset, instigateur de la réforme. L'AVS est une promesse pour chaque habitant de ce pays, à qui l'on garantit suffisamment pour vivre en échange de son travail. "La pauvreté des personnes âgées dans la riche Suisse est une honte."

La hausse de l'âge de la retraite ne doit pas être comprise isolément, il faut considérer l'ensemble de la réforme, a poursuivi le ministre des affaires sociales. La prévoyance vieillesse 2020 offre des améliorations pour de nombreux groupes de personnes, en particulier celles sans caisse de pension, souvent des femmes.

Des syndicats critiqués

Lui aussi artisan de la réforme, le président de l'Union syndicale suisse (USS) et conseiller aux Etats Paul Rechsteiner (PS/SG) a rappelé que l'AVS constitue "la plus grande conquête de la Suisse moderne" et "une oeuvre de solidarité entre les couches sociales". C'est pourquoi elle essuie si souvent les tirs de la droite.

L'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, qui avait mis sur les rails en 1995 la dernière révision de l'AVS - avec passage de l'âge de la retraite des femmes de 62 à 64 ans -, était aussi à Castione pour dire son soutien à la réforme de M. Berset. Les scrupules de certains syndicats romands risquent de ne faire que le jeu de la droite, a-t-elle fait valoir sous un tonnerre d'applaudissements.

Les délégués du PS ont clairement montré dans quel camp ils étaient. Ils ont recommandé aux membres du parti, par 140 voix contre 9 et 17 abstentions, d'approuver le projet de prévoyance vieillesse 2020.

Pour un "oui" le 21 mai

Les délégués ont en outre recommandé à l'unanimité le "oui" à la votation sur la stratégie énergétique 2050, soumise au peuple le 21 mai. La transition énergétique est "une chance historique", selon un communiqué du PS. Elle n'apporte pas uniquement une sortie du nucléaire, mais aussi des milliers de nouveaux emplois en Suisse.

Enfin, les délégués ont choisi de soutenir l'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et des Jeunes Verts "pour l'interdiction du financement de la production du matériel de guerre" par la place financière suisse. La récolte de signatures commencera ce printemps.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS