Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ânes empêchent les pâturages de s'embuissonner, ce qui permet à la diversité des papillons, des sauterelles et des fleurs de se reconstituer.

Pro Natura

(sda-ats)

Le projet "Allegra Pierre le chevrier" de Pro Natura a permis en dix ans de rendre réutilisable l'équivalent de 80 terrains de football de prairies et de pâturages secs dans le Valais et les Grisons. C'est une contribution à la biodiversité.

Au total, 87 chèvres, 26 ânes et 35 bovins ont contribué à ce résultat avec l'aide d'agriculteurs, d'écoliers, de bénévoles et de civilistes. Les sites choisis offrent maintenant jusqu'à un tiers d'espèces végétales et le double d'espèces animales de plus qu'avant le démarrage du projet, a indiqué mardi Pro Natura.

Au cours des 100 dernières années, 95% des habitats de très haute valeur écologique ont disparu et avec eux nombre de plantes, de papillons et de sauterelles rares. Dans les montagnes surtout, les prairies et pâturages s'embuissonnent parce que leur utilisation par la fauche et la pâture régulière n'est plus rentable.

Pro Natura, en collaboration avec des paysans, lutte contre cet embroussaillement depuis dix ans trois régions: à Chalais (VS), dans la vallée du Rhin près de Coire (GR) et dans le Val Bregaglia (GR). Les agriculteurs reçoivent des paiements directs pour la protection de la nature et la valorisation des animaux de pâture leur permet aussi de générer des revenus supplémentaires.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS