Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La profession de berger est en regain d'intérêt, comme l'a montré la première rencontre nationale (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le métier de berger connaît un regain d'intérêt, comme l'a montré la première rencontre nationale de la branche, qui s'est tenue il y a une semaine à Lanzenhäusern (BE). Cette journée a permis d'échanger sur cette profession et de réfléchir à son avenir.

L'événement a réuni des bergers de moutons, des exploitants d'alpages, des conseillers agricoles et autres spécialistes de l'estivage et de l'élevage, a indiqué jeudi l'Agence d'information agricole romande AGIR. La rencontre était organisée par l'Association suisse pour le développement de l'agriculture et de l'espace rural (Agridea).

Parmi les points forts de cette journée, les 75 participants ont pu prendre connaissance d'une étude de Franziska Hoffet, stagiaire à Agridea, traitant de la culture pastorale en Suisse.

Elle révèle notamment que la profession de berger est exercée aujourd'hui non seulement par des professionnels en lien direct avec le monde agricole et l'élevage, mais aussi par des "amoureux de la nature", des "amis des animaux" et des personnes qui "recherchent un épanouissement personnel".

Prise de conscience écologique

Face à la prise de conscience toujours plus aiguë des questions écologiques et suite au retour des grands prédateurs, le rôle du berger retrouve de l'importance et la culture pastorale connaît un regain d'intérêt dans notre pays, relève AGIR.

Sur les 400'000 moutons que compte la Suisse, la moitié d'entre eux environ est estivée tandis que 25 à 30 troupeaux transhument pendant l'hiver. Tout cela placé sous la surveillance de quelque 250 bergères et bergers.

Depuis 2009 en Suisse alémanique et 2013 en Suisse romande, Agridea, en collaboration avec les écoles d'agriculture de Viège (VS), de Plantahof Lanquart (GR) et de Châteauneuf (VS), a mis sur pied une formation de berger de moutons sur les alpages. Elle comprend trois modules théoriques, un stage en bergerie et un autre à l'alpage.

Ce cursus peut être complété par une formation à l'utilisation des chiens de troupeaux dispensée par l'Association suisse pour la formation de chiens de bergers (SSDS). A ce jour, 42 diplômes de berger ont été décernés, dont les deux tiers à des femmes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS