Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Soudan a officiellement reconnu Taban Deng Gai (à droite) comme le nouveau vice-président sud-soudanais. Ce dernier était en visite officielle pour discuter de contentieux en suspens depuis que son pays s'est séparé du Soudan.

KEYSTONE/EPA/DANIEL IRUNGU

(sda-ats)

Le nouveau vice-président du Soudan du Sud, Taban Deng Gai, qui a remplacé l'ex-rebelle Riek Machar en fuite, se trouvait dimanche à Khartoum. Il devait discuter de contentieux en suspens depuis que son pays s'est séparé du Soudan.

Il s'agit de la première visite au Soudan du nouveau vice-président nommé le 25 juillet. Son prédécesseur, Riek Machar, a fui en République démocratique du Congo après des affrontements meurtriers entre ses partisans et ceux du président Salva Kiir début juillet à Juba.

Khartoum a officiellement reconnu M. Taban Deng comme le nouveau vice-président sud-soudanais. Ce que n'a pas encore fait formellement l'organisation est-africaine Igad qui regroupe huit pays dont le Soudan.

"Durant sa visite officielle, de nombreux sujets bilatéraux et régionaux seront examinés", a précisé le ministre d'Etat soudanais aux Affaires étrangères Kamal Ismaïl en accueillant à l'aéroport M. Taban Deng. Il était accompagné des ministres de la Défense et de l'Energie ainsi que de responsables des services de renseignements.

Plusieurs rencontres se sont tenues dimanche entre la délégation sud-soudanaise et des hauts responsables soudanais. Des responsables de la sécurité et du renseignement des deux pays se sont notamment entretenus, selon le ministère soudanais de la Défense.

Liste de différends

Le Soudan du Sud a fait sécession du Soudan en 2011.

Les deux pays ont toujours d'importants contentieux en suspens. Le statut de la région frontalière d'Abyei figure notamment sur cette liste. Tout comme les redevances que devrait payer Juba pour l'utilisation d'un pipeline traversant le Soudan afin d'exporter son pétrole.

En juin, des ministres soudanais et sud-soudanais s'étaient déjà rencontrés à Khartoum pour tenter de trouver des solutions à ces différends.

Milliers de morts

Le Soudan du Sud a replongé dans la violence avec des affrontements à l'arme lourde du 8 au 11 juillet dans la capitale Juba entre forces loyales à Salva Kiir et les hommes de Riek Machar.

La guerre dans ce pays, marquée par des atrocités attribuables aux deux camps, a fait depuis 2013 des dizaines de milliers de morts et quelque 2,5 millions de déplacés. Un accord de paix avait été signé en août 2015, mais les combats n'ont depuis jamais vraiment cessé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS