Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux navettes autonomes seront testées à Sion durant deux ans. A terme, elles devraient transporter jusqu'à neuf personnes et sillonner la vieille ville du chef-lieu valaisan sans chauffeur et en mode 100% électrique.

L'introduction de ces navettes se déroulera en deux étapes, a précisé mercredi CarPostal Suisse dans un communiqué. Durant la première phase, de décembre 2015 au printemps 2016, les véhicules seront testés par des spécialistes sur un site privé et fermé.

Puis, si le bilan est concluant et que les autorisations nécessaires sont délivrées, les navettes circuleront dans la vieille ville de Sion avec jusqu'à neuf personnes à son bord. Cent pour cent électrique, elles rouleront à une vitesse maximale de 20km/h, indique CarPostal Suisse.

Les navettes, mesurant moins de cinq mètres de long pour un peu plus de 2 mètres de large, seront entièrement automatisées. Ni volant ni pédale donc, mais un personnel accompagnant instruit toujours à bord et un bouton d'urgence pour immobiliser le véhicule en cas de besoin.

Si les tests sont concluants, leur introduction sera envisagée sur d'autres parcours de la ville de Sion. "A terme, le but n'est pas de remplacer les bus par des navettes autonomes sur des lignes existantes, mais de diversifier les moyens de transport afin de satisfaire la plupart des besoins de mobilité des usagers", a souligné CarPostal.

Nombreuses collaborations

Le projet est une première en Suisse. Il se concrétiste à Sion, car la ville abrite le Mobility Lab Sion-Valais, un laboratoire qui a donné naissance à plusieurs projets en lien avec la mobilité.

De plus, la vieille ville de Sion, avec sa zone piétonne et de rencontre, correspondait exactement à ce que nous cherchions, a indiqué à l'ats Valérie Gerl, porte-parole de CarPostal.

Le projet est mené par l'entreprise de transports publics en collaboration avec la Ville de Sion, le canton du Valais et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Cette dernière développe les méthodes pour intégrer les véhicules autonomes dans l'offre de transports collectifs en collaboration avec la start-up suisse BestMile qui a développé un logiciel qui surveille et contrôle les navettes.

CarPostal refuse "à ce stade" d'indiquer le coût du projet. Ce dernier est soutenu par le fonds d'innovation de La Poste, a toutefois ajouté Valérie Gerl, et des contacts avec diverses entreprises sont en cours.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS