Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les familles de 24 Palestiniens de la bande de Gaza emprisonnés en Israël leur ont rendu visite lundi pendant une demi-heure pour la première fois depuis cinq ans. Selon l'administration pénitentiaire, la visite s'est déroulée "sans incident" et d'autres seront autorisées régulièrement, la prochaine dans 2 semaines.

Le rétablissement de ces visites, suspendues depuis juin 2007, date de la prise de contrôle de Gaza par le Hamas, était l'une des principales revendications acceptées par Israël en échange de la levée d'une grève de la faim massive des détenus palestiniens, en vertu d'un accord conclu le 14 mai.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est félicité de la reprise de ces contacts. "C'est une première étape et nous espérons que les visites pour les habitants de Gaza vont reprendre pour tous les prisonniers", a affirmé le chef du CICR en Israël et dans les Territoires palestiniens Juan Pedro Schaerer, dans un communiqué.

"Selon le droit international, les autorités israéliennes sont dans l'obligation d'autoriser les visites des familles", a-t-il rappelé.

4400 prisonniers

Un groupe de 40 membres des familles a passé dans la matinée le terminal frontalier d'Erez à destination de la prison de Ramon. Parmi eux, la mère de Mohammad Hamdiya, du quartier de Chejaïya à Gaza, emprisonné depuis juillet 1989.

"Vous ne pouvez pas imaginer ma joie de pouvoir revoir bientôt le visage de mon fils Mohammad, après toutes ces années", a-t-elle déclaré avant le départ.

La porte-parole de l'administration pénitentiaire Sivan Weizman a précisé que 400 prisonniers de "sécurité" de la bande de Gaza étaient détenus par Israël, et 4000 autres de Cisjordanie. Les Palestiniens de Cisjordanie ont droit "à une visite toutes les deux semaines ou tous les mois selon les prisons dans lesquelles ils sont détenus", a-t-elle indiqué.

Le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, a de son côté estimé que la visite n'avait "aucune valeur" parce qu'il n'y avait aucune garantie que d'autres visites soient autorisées à l'avenir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS