Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines de milliers de musulmans en Arabie saoudite ont commencé mardi leur déplacement de La Mecque vers la vallée proche de Mina au premier jour du hajj. Le royaume a mobilisé 100'000 policiers pour assurer la sécurité du rassemblement.

Plus de deux millions de fidèles doivent effectuer le hajj cette année, selon les autorités saoudiennes. Le pèlerinage se déroule dans un contexte de violences au Moyen-Orient, sur fond de menaces djihadistes et de risques liés à une épidémie du coronavirus MERS.

A pied, en bus ou en train, les fidèles ont commencé à se rendre tôt mardi matin dans la vallée de Mina, à quelques kilomètres à l'est de La Mecque. Une immense ville de toile y a été érigée.

Appelée journée de la "Tarwiah", cette première étape du hajj voyait les pèlerins, dans les temps anciens, abreuver leurs montures et faire des provisions pour rallier le Mont Arafat, à 10 kilomètres au sud-est de Mina.

Etat d'alerte maximum

Les autorités saoudiennes affirment être en état d'alerte maximum cette année contre de possibles attaques terroristes. En mai, le groupe Etat islamique (EI) a commis des attentats-suicides contre deux mosquées chiites dans l'est de l'Arabie saoudite.

Le hajj cette année se déroule alors que l'Arabie saoudite mène d'importantes opérations militaires au Yémen voisin contre des rebelles chiites, soutenus par l'Iran. Une autre menace plane sur le pèlerinage: le risque d'épidémie du Coronavirus MERS dont l'Arabie saoudite est le premier foyer au monde.

Ryad a connu ces dernières semaines une multiplication des cas de contagion et d'autres cas ont été recensés à Médine, deuxième ville sainte de l'islam, qui fait partie du circuit des pèlerins. Le ministre saoudien de la Santé a souligné qu'aucun cas n'avait été signalé parmi les pèlerins. Quelque 25'000 agents médicaux supplémentaires ont toutefois été mobilisés.

ATS