Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

François Bayrou (à droite) aurait les faveurs de la cote pour occuper Matignon dès la semaine prochaine (archives)

KEYSTONE/AP/BOB EDME

(sda-ats)

Si aucune personnalité n'émerge spontanément chez les Français pour occuper le poste de Premier Ministre, dont la nomination est attendue lundi, François Bayrou semble tenir la corde, selon un sondage paru vendredi. Suivent Jean-Louis Borloo et Jean-Yves Le Drian.

Selon cette enquête Atlantico et Harris Interactive publié par la chaîne RMC, François Bayrou apparaît comme le Premier ministre potentiel un peu plus souhaité que les autres par les Français avec 15% de voix. M. Borloo obtient 10%, suivi par M. Le Drian 8%, Sylvie Goulard 6%, Richard Ferrand 5% et Edouard Philippe 4%.

Ce sondage a été réalisé en ligne jeudi après 20h00, soit après la présentation des candidats du mouvement La République en Marche! aux élections législatives de juin, sur un échantillon d'environ un millier de personnes.

Par ailleurs, ce sondage révèle que plus de 3 Français sur 4 (76%) jugent positivement la liste des candidats présentée pour les élections législatives par La République En Marche !. La moitié d'entre eux sont des femmes et 52% n'ont jamais exercé de mandats.

Mélenchon "faux" Marseillais

La bataille fait désormais rage à Marseille où le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, se présente.

Patrick Mennucci, député socialiste de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône où Jean-Luc Mélenchon est candidat, a accusé vendredi ce dernier de se comporter comme "un godillot".

"Il a dit qu'il allait m'offrir une bouillabaisse, c'est juste la démonstration qu'il n'a rien compris, parce que la bouillabaisse, c'est un plat de touristes à Marseille. Les Marseillais n'en mangent quasiment jamais", a lancé M. Mennucci sur RTL.

"Jean-Luc Mélenchon fait tout pour passer pour un Marseillais. Bientôt, il va se mettre à jouer aux boules et à boire du pastis. Tout cela est absolument lamentable", a-t-il encore lâché.

"Personne ne dit qu'il faut être Marseillais" pour être candidat dans la cité phocéenne, a-t-il toutefois nuancé. "Je vous dis juste qu'il faut un peu d'amour pour Marseille. Et je trouve que M. Mélenchon se comporte un peu dans cette affaire comme un condottiere, ou un godillot, en pensant que nous sommes un chiffre".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS