Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités américaines ont annoncé mercredi avoir accordé à BP un permis de forage dans le golfe du Mexique. C'est le premier depuis la catastrophe écologique provoquée par l'explosion l'an dernier d'une plateforme du géant britannique.

Le Bureau de la sécurité environnementale (BSEE) a expliqué dans un communiqué que le groupe pétrolier allait percer un puits à moins de 200 km des côtes de Louisiane, à quelque 1800 mètres de profondeur. "BP a satisfait à toutes les exigences de sécurité que nous avons mises en place et appliquées systématiquement depuis l'année dernière", écrit le BSEE.

Le département de l'Intérieur, qui est chargé de la gestion des ressources naturelles et dont dépend le BSEE, avait déjà donné son feu vert vendredi aux premières explorations pétrolières de BP dans le golfe du Mexique depuis la marée noire.

Le Bureau a souligné qu'en plus de se conformer aux nouvelles exigences en vigueur, la société britannique avait appliqué "des règles supplémentaires". Elles prévoient notamment l'installation de blocs obturateurs de puits permettant de fermer l'excavation.

BP avait mis près de trois mois l'an dernier à fermer le puits de la plateforme Deepwater Horizon qui avait provoqué la plus grande marée noire jamais connue aux Etats-Unis. L'installation qui a explosé le 20 avril 2010, tuant 11 personnes, se trouvait à environ 80 km des côtes de Louisiane, pompant du pétrole par 1.500 mètres de profondeur.

Le mois dernier, l'enquête officielle a souligné la responsabilité de BP dans la catastrophe, mais aussi celle de plusieurs sous-traitants comme Halliburton ou Transocean.

Plus de 1700 km de zones marécageuses et de plages ont été polluées et plus de 6000 oiseaux sont morts du fait de la marée noire, selon le Conseil américain de défense des ressources naturelles. BP a commencé à distribuer une partie des 20 milliards de dollars provisionnés pour dédommager les victimes de la catastrophe.

ATS