Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le subventionnement des primes de l'assurance maladie profite avant tout aux personnes sans enfant. En 2010, 60% des bénéficiaires vivaient seuls et 11% dans un ménage constitué de deux adultes. Les disparités demeurent énormes entre les cantons.

Au niveau national, environ 2,3 millions de personnes ont obtenu une réduction des primes maladie en 2010, soit près de 30% des assurés. Les dépenses publiques ont atteint 3,98 milliards de francs, dont environ la moitié à charge de la Confédération, révèle le monitorage de l'efficacité de la réduction des primes publié mardi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les moyens à disposition ont certes augmenté au cours des dix dernières années, mais plus modérément que les primes pendant cette période. Un renversement de la tendance se dessine néanmoins, affirme l'OFSP.

Différences cantonales

En moyenne, les allocataires ont touché 1719 francs. Mais les montants moyens varient entre 780 francs (AI) et 2705 francs (BS). Les cantons fixent les critères d'obtention de manière autonome.

En fin de compte, en pourcentage de la prime entière, les réductions les plus élevées ont été accordées à Zoug (plus de 40%), Appenzell Rhodes-Extérieures et à Obwald. Les plus faibles sont le fait de Glaris et Thurgovie (moins de 15%).

En Suisse romande, les coups de pouce les plus généreux sont accordés à Fribourg (34%), suivi, dans l'ordre, du Valais, de Genève, Neuchâtel, Jura et Vaud (17%).

Mais un pourcentage important de réduction de prime n'équivaut pas forcément à une faible charge pour l'assuré, relève le monitorage. Dans les cantons à primes élevées, les coûts restants peuvent demeurer très important.

Berne et Vaud à la traîne

Les assurés les moins bien lotis se trouvent ainsi dans les cantons de Vaud et de Berne. Ils supportent les charges les plus lourdes pour leurs primes en pourcentage de leur revenu disponible, avec environ 14%, selon l'OFSP.

Ils sont suivis, dans un mouchoir de poche, des Neuchâtelois, des Bâlois, des Tessinois, des Genevois et des Jurassiens qui se situent tous à environ 13%.

ATS