Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le Tribunal criminel de Lausanne a condamné vendredi à la prison à vie et à 16 ans de réclusion les deux cambrioleurs qui ont battu à mort un retraité à Epalinges (VD), fin 2008. Il les a reconnus coupables d'assassinat et de brigandage.
La Cour a estimé que les accusés ont tous les deux donné des coups de pied à leur victime, un ancien restaurateur de 67 ans qui gisait au sol et saignait abondamment. A l'audience, l'un a nié toute implication dans le drame. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il fera recours. L'autre a soutenu ne pas avoir frappé la victime.
La Cour a balayé la théorie du complot défendue par le premier accusé, un Albanais de 29 ans. Ce système de défense est "odieux" et "empreint de lâcheté". Ce n'est qu'un "tissu d'inventions" pour de se soustraire à ses responsabilités. Pour le tribunal, aucun doute: l'intéressé a participé à l'entier des faits reprochés.
Sa culpabilité est "extrême". Il s'est associé avec une facilité inquiétante à ce brigandage et ne s'est pas privé de molester la victime et son épouse. Il n'a jamais admis les faits, menaçant même son co-accusé. Aucune circonstance atténuante ne plaide en sa faveur, a ajouté la Cour qui a retenu la prison à vie.
Le second accusé, un Suisse de 24 ans, n'a rien fait pour empêcher l'acharnement de son comparse. Il a pourtant compris ce qui se jouait en ce matin du 29 décembre 2008. Mais il était plus préoccupé par la recherche de l'argent que par le sort de la victime.
Pour la Cour, sa culpabilité est "écrasante". Il était le chef. Il a eu l'idée du cambriolage et a averti son complice qu'il faudrait probablement donner "un gnon". Lui-même n'a pas hésité à donner des coups de pied.
A sa décharge, le tribunal a retenu ses aveux spontanés, qui ont permis l'arrestation de son co-accusé, ses regrets sincères et une reconnaissance de dette de 250'000 francs à l'égard de la veuve de la victime. L'homme est condamné à 16 ans de réclusion, un an de plus que la peine requise par le Parquet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS