Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal correctionnel vaudois à Lausanne (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le cerveau du braquage d’un fourgon blindé survenu à Bussigny fin 2015 et sa soeur ont été condamnés à 7 ans et 4 ans de prison. Leur cousin - coauteur du brigandage - écope de 5 ans de réclusion, et le chauffeur 4 ans. Plus de 2 millions de francs avaient disparu.

Le Tribunal criminel de Lausanne a rendu jeudi son verdict en lien avec le casse du fourgon de transport de fonds de Bussigny (VD), survenu le 30 décembre 2015 en début de soirée au siège de la société de sécurité privée Protect’Service (filiale du groupe SOS Surveillance).

Cerveau du vol

Alors employé par cette entreprise, l’Helvético-Brésilien de 32 ans avait admis avoir planifié ce brigandage à 2,1 millions de francs. Qualifié de "triste individu" par la Cour, il écope de la peine la plus lourde: 7 ans de prison ferme, soit deux ans de moins que la peine requise la semaine précédente par le procureur général adjoint Laurent Maye.

Cet ex-apprenti menuisier avait tenté de se faire passer pour une victime le soir des faits, ayant été ligoté tout comme son collègue convoyeur alors que les deux agents chargeaient dans le fourgon des caisses contenant la recette de fin d’année d’un magasin d’alimentation. L’intéressé avait expliqué en cours d’enquête avoir cru convoyer un montant de l’ordre de 100'000 à 250'000 francs.

Participation au casse

L’un des deux braqueurs à la manoeuvre - le cousin du trentenaire, un Brésilien aujourd’hui âgé de 23 ans - a été condamné à 5 ans de réclusion. Le jeune homme domicilié sur la Côte vaudoise s’était vu remettre la somme d’environ 30'000 francs pour sa participation au casse.

"Rien n’indique que l’argent ait été utilisé dans le but de payer des soins médicaux à sa mère: il ne fera pas croire au tribunal qu’il ne comptait pas s’enrichir", a déclaré le président Pierre Bruttin à l’heure de la lecture du jugement.

Le Brésilien de 28 ans qui avait oeuvré en qualité de chauffeur le soir du braquage prend pour sa part 4 ans ferme. Ce mécanicien domicilié à Genève avait touché une récompense de 50'000 francs. "Même s’il n’était qu’un exécutant, il doit être considéré comme auteur et non complice du brigandage", a poursuivi le juge.

Détention provisoire

Reconnue coupable d’avoir orchestré le transfert et la dissimulation de près de 500'000 francs au Brésil, la soeur du cerveau de l’opération pourrait bien retourner derrière les barreaux.

Libérée en juillet 2017 après 1 an et 2 mois passés en détention provisoire, cette Genevoise de 34 ans écope de 4 ans de prison. Qualifiée de "manipulatrice et souvent larmoyante" par la Cour, l’Helvético-Brésilienne n’a cependant pas été réincarcérée à titre de sûreté durant le délai d'appel.

Pas localisé

Celui qui fut le fiancé de la jeune femme, un chocolatier vaudois de 27 ans, ainsi que la belle-mère de l’initiateur du casse (une Brésilienne de 50 ans), ont été condamnés à 15 et 10 mois avec sursis pour blanchiment d’argent et faux dans les titres.

Le deuxième braqueur - un Portugais contemporain du trentenaire, à qui ce dernier avait confié son arme de service - n’a toujours pas été localisé. Ce militaire et ouvrier mesurant près de deux mètres avait trouvé refuge dans son pays à la suite du braquage. Il s’était vu remettre la somme de 100 000 francs par l’Helvético-Brésilien.

Prochain procès

Après avoir initialement bénéficié d’une ordonnance de classement, les parents et le frère du jeune chocolatier seront finalement jugés pour blanchiment d’argent dans le cadre d’un prochain procès. La Chambre des recours pénale a accepté le 14 août dernier une opposition du groupe valaisan SOS Surveillance SA, qui détient la société Protect’Service.

Le Tribunal cantonal devra également se pencher sur les peines infligées ce jeudi, les avocats du cerveau du brigandage et de sa soeur ayant fait savoir à Keystone-ATS que leurs clients feraient appel de ce jugement. Le procureur Maye n’exclut pas d’en faire autant à l’encontre de l’ex-convoyeur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS