Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis l'entrée en fonction il y a un mois du nouveau président Rodrigo Duterte, qui a fait de l'éradication de la drogue sa priorité numéro un, les forces de sécurité ont abattu des centaines de personnes et arrêté des milliers d'autres.

KEYSTONE/EPA MALACANANG PHOTO BUR

(sda-ats)

Des images de prisons philippines montrant des conditions de détention cauchemardesques ont suscité de nombreuses réactions. Responsables politiques et ONG appellent le gouvernement à réformer le système pénal, débordé par la croisade anti-drogue du nouveau président.

Des photos de l'AFP prises à la prison de Quezon, dans la banlieue nord de Manille, où des milliers de détenus entassés sont contraints de dormir dans des escaliers ou sur des sols de ciment et dans une crasse inimaginable, ont mis en lumière la gravité de la situation dans les prisons du pays.

"C'est une image tout droit sortie du Purgatoire de Dante", a déclaré Human Rights Watch, en référence à la description de cet auteur du 13e siècle du lieu où les âmes attendent d'être jugées.

"Des centaines d'hommes à moitié nus entassés par terre dans une chaleur accablante, tentant désespérément de dormir dans un espace aussi exigu que chaotique, c'est un instantané de la surpopulation terrifiante des prisons philippines", ajoute l'organisation de défense des droits de l'homme.

Minimums pas respectés

La situation à la prison de Quezon, qui compte 3950 détenus pour 800 places, n'a rien d'unique, souligne l'ONG basée à New York, beaucoup d'autres prisons du pays ne parvenant pas à respecter les minimums établis par l'ONU en matière d'alimentation et de conditions d'hygiène.

Depuis l'entrée en fonction il y a un mois du nouveau président Rodrigo Duterte, qui a fait de l'éradication de la drogue sa priorité numéro un, les forces de sécurité ont abattu des centaines de personnes et arrêté des milliers d'autres qui ont gonflé les effectifs de prisons déjà débordées.

La députée Leila de Lima a promis de demander au Sénat un état des lieux des conditions de détention dans le pays.

Selon le Bureau de gestion des prisons, quelque huit milliards de pesos (soit 162millions de francs) seraient nécessaires pour soulager des prisons qui accueillent en moyenne près de cinq fois plus de détenus que leur capacité.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS