Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président kosovar Hashim Thaci (entre les participants du milieu et de droite) a participé à la première Gay Pride de son pays.

KEYSTONE/EPA/VALDRIN XHEMAJ

(sda-ats)

Plusieurs centaines de personnes ont défilé mardi dans le centre de Pristina, à l'occasion de la première Gay Pride de l'histoire du Kosovo. La manifestation a été préparée dans le plus grand secret. Les organisateurs entendaient ainsi éviter tout incident.

Aux côtés des membres de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) ont défilé dans le centre de Pristina le président Hashim Thaçi, des responsables politiques de haut rang et des diplomates. Parmi eux, les ambassadeurs des Etats-Unis et de Grande-Bretagne.

"Les organisations LGBT invitent la société kosovare à éradiquer l'homophobie et à respecter, de concert avec les institutions, les droits de la communauté LGBT. L'orientation sexuelle (...) ne devrait pas être la cause de discrimination", selon un communiqué des organisateurs.

"Le but (...) était de marcher pour ceux qui ne sont pas venus, car ils sont cernés par l'homophobie", ajoute le communiqué.

"Zone sans homophobie"

"Je suis sortie du placard, donc j'existe", "Sors du placard maintenant, demande-nous comment", "Zone sans homophobie", pouvait-on lire sur les panneaux portés par des manifestants. Habillés de vêtements colorés, marchant dans une atmosphère bon enfant sous les drapeaux arc-en-ciel, ils se sont attiré le regard surpris des passants du centre de Pristina.

"Tous les citoyens (du Kosovo, ndlr) ont les mêmes droits, indépendamment de leur appartenance ethnique ou de leur sexe", a déclaré Hahsim Thaçi à la presse. La Constitution kosovare interdit toute discrimination de membres de la communauté LGBT. Mais la loi ne prévoit pas la possibilité d'un mariage entre personnes du même sexe.

ATS