Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enfants disposent de moins en moins d'espaces de liberté (photo symbolique).

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

En raison de la densification de l'habitat et l'augmentation du trafic routier, les espaces de liberté pour les enfants se raréfient. Dans le cadre d'une campagne nationale, Pro Juventute appelle à reconquérir les lieux publics.

Pro Juventute lance une plateforme pour des espaces de liberté. Elle appelle les associations, groupes et organisations à lui soumettre des projets de places de jeux. L'organisation financera une partie de leur mise en oeuvre et aidera les initiateurs à faire connaître ces nouveaux lieux.

"Les enfants doivent pouvoir se défouler, se détendre et passer du temps avec d'autres enfants sans être surveillés par des adultes", indique Pro Juventute vendredi dans un communiqué. Les espaces de liberté sont importants pour le développement physique, psychique, social et cognitif de l'enfant.

Trop surveillés

"Faire ses propres expériences sans être surveillé en permanence n'est souvent plus possible aujourd'hui pour un enfant. Dans les plans d'urbanisme communaux, les besoins des enfants sont trop rarement pris en considération", déplore Urs Kiener, cité dans le communiqué.

Les cours de récréation sont de moins en moins accessibles en dehors des heures scolaires. Les terrains de friche, les parcelles inoccupées et les rues à faible circulation disparaissent. Selon Pro Juventute, c'est dans les espaces de liberté que les tout jeunes peuvent apprendre l'autonomie et la gestion des conflits.

Prévue sur deux ans, la campagne de Pro Juventute en faveur de ces espaces pour les bambins a été lancée l'an dernier. Samedi, l'organisation prévoit une journée d'action dans toute la Suisse sur les aires de jeux Robinson ou terrains d'aventure.

ATS