Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Procès à Bellinzone: l'homme qui a alerté la police condamné

Dans le procès du meurtre à la hache à Bellinzone, la mère du mineur soupçonné de l'assassinat de son beau-père a été acquittée. Elle était accusée d'avoir poussé son fils, 16 ans au moment des faits, à tuer son mari.

Le Tessinois de 46 ans avait été assassiné à la hache en juillet 2011. Le Ministère public tessinois avait requis la réclusion à vie pour cette ressortissante serbe de 49 ans.

Lors de l'audience vendredi, le fils, âgé aujourd'hui de 17 ans, a été décrit comme l'auteur des faits. Son sort n'est cependant pas encore réglé. Il doit être jugé par la justice des mineurs.

Pas de mobile

Le tribunal a exclu la possibilité que le fils ait agit en concertation avec sa mère. Il n'existe pas de preuves pour accréditer cette thèse et la mère n'aurait pas eu de mobile pour agir ainsi.

Selon les interrogatoires, c'est la relation entre le fils et son beau-père qui se serait rapidement dégradée après le mariage, en octobre 2010. Le jeune Serbe aurait dit son intention de tuer son beau-père devant des amis à plusieurs reprises.

Le tribunal a aussi réfuté la thèse de l'accusation selon laquelle la mère se serait rendue en Serbie au moment des faits dans l'unique but de se constituer un alibi. Il a jugé convaincante l'explication de cette dernière, qui a assuré avoir fait le déplacement afin de prolonger le visa de son fils.

Coupable hésitation

Le commerçant d'origine portugaise ayant fourni l'arme du crime au jeune homme a également été acquitté. Il était soupçonné d'avoir non seulement fourni la hache mais également de s'être trouvé sur le lieu du crime. Le Tribunal a estimé qu'il n'existait aucune preuve soutenant cette version des faits.

Un troisième accusé, un Kosovar de 29 ans, a par contre été condamné à douze mois de prison avec sursis. Il lui a été reproché, pour avoir, par son hésitation à contacter la police, rendu impossible l'arrestation du meurtrier durant plusieurs jours.

Mécontentement

Pendant qu'il tergiversait, le fils a vécu avec le cadavre de son beau-père dans son appartement et l'a démembré dans l'intention de le transporter. Le Kosovar avait finalement informé la police après une séance avec sa psychologue.

La mère, qui était détenue en préventive depuis le 1er septembre, est restée impassible à l'annonce du verdict. Le commerçant portugais a lui pris dans ses bras son avocat. Dans la salle d'audience, plusieurs personnes ont bruyamment manifesté leur mécontentement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.