Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal correctionnel de Vevey a condamné mardi un fromager chablaisien à deux ans de prison ferme. En 2009, il avait commis plusieurs graves infractions aux règles d'hygiène dans la fabrication de ses fromages. Sa peine a été suspendue au profit d'un traitement ambulatoire.

L'éleveur de 61 ans a également été condamné pour avoir conduit à de nombreuses reprises en état d'ébriété et sans permis, pour avoir déclenché un incendie par négligence et pour avoir failli écraser la tenancière d'un restaurant. Il a notamment été reconnu coupable d'infraction à la loi sur les denrées alimentaires et de tentative de mise en danger de la vie d'autrui.

Risque de récidive élevé

La peine a été assortie d'une interdiction de fabriquer du fromage et d'élever des bovins pour une durée de trois ans. L'homme n'a pu être mis au bénéfice du sursis en raison d'un "risque de récidive élevé". Dénoncé pour la douzième fois devant la justice et ayant à nouveau maltraité son bétail au printemps 2012, il a convaincu les juges que "de nouveaux abus seront commis".

Sa peine, conforme aux réquisitions du Ministère public, sera suspendue au bénéfice d'un traitement ambulatoire. Le Tribunal a suivi les experts, qui ont conclu que l'agriculteur, qui souffre notamment de troubles bipolaires, n'est pas en état sur le plan psychiatrique de subir une détention à l'heure actuelle.

Manquement aux règles d'hygiène

Entre janvier et juin 2009, l'homme a fabriqué, stocké et affiné des fromages dans des locaux et au moyen d'installations insalubres. En perquisitionnant sa ferme, les gendarmes ont découvert des meules moisies et infectées de cirons, ainsi que du lait stagnant dans des bidons de plastique ouverts.

Certains des fromages saisis ont été contaminés par la bactérie listeria. Malgré l'interdiction des autorités et la pose de scellés, l'homme a continué de produire des fromages, dont certains auraient été destinés à la mise sur les marchés valaisans.

ATS