Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice italienne a mis en examen Thomas Schmidheiny, le frère de Stefan Schmidheiny, dans le cadre d'une enquête concernant les victimes italiennes de l'amiante ayant travaillé en Suisse, a annoncé le procureur de Turin Raffaele Guariniello. Elle a aussi lancé des commissions rogatoires en Suisse.

La justice italienne poursuit ses investigations sur les cas de décès de travailleurs italiens dans les deux usines suisses du groupe Eternit. Pour préparer ce procès, le procureur veut notamment établir s'il existe une similitude entre les conditions de travail dans les établissements italiens et suisses.

L'enquête, qui porte sur près de 200 décès de travailleurs des usines de Niederurnen (GL) et de Payerne (VD), "suit son cours", selon M. Guariniello. Elle vise aussi Thomas Schmidheiny "pour la brève période où il a dirigé Eternit Suisse", précise-t-il. "Quand tous les cas seront connus, il deviendra possible de déterminer la responsabilité de chacun des deux frères", conclut-il.

Interrogé par l'ats, le porte-parole de Thomas Schmidheiny, Jörg Danzler, n'a pas confirmé cette information, affirmant ne pas être au courant de cette enquête. Il a cependant rappelé qu'au moment où Thomas Schmidheiny a pris les rênes d'Eternit Suisse en 1989 "il n'y avait quasiment plus d'amiante" dans les usines du groupe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS