Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Pologne soutient qu'elle procède à des coupes de "protection" pour notamment stopper des attaques d'insectes xylophages. La Commission estime au contraire que les mesures des autorités polonaises menacent la faune.

KEYSTONE/EPA PAP/ARTUR RESZKO

(sda-ats)

Le procès de sept écologistes ayant tenté d'empêcher les abattages massifs d'arbres dans la grande forêt de Bialowieza, s'est ouvert mercredi. Il se tient devant le tribunal de Hajnowka, dans le nord-est de la Pologne, a-t-on appris auprès de Greenpeace Pologne.

Les coupes d'arbres poursuivies par la Pologne à Bialowieza, héritière des grandes forêts primaires d'Europe, est un sujet de préoccupation pour l'Union européenne, Bruxelles ayant demandé à Varsovie de respecter la décision de la Cour de justice de l'UE (CJUE) qui a ordonné leur suspension.

"Le procès de sept défenseurs de la forêt de Bialowieza, dont deux activistes de Greenpeace, s'est ouvert aujourd'hui", a déclaré Marianna Hoszowska, une porte-parole de Greenpeace Pologne.

"Troubles à l'ordre public"

Ils sont accusés par la police de "troubles à l'ordre public" pour avoir immobilisé le 8 juin pendant plusieurs heures du gros matériel forestier utilisé pour couper les arbres. Ils encourent des amendes ou des mesures de restriction de liberté.

"Ils plaident non coupables et affirment avoir agi dans l'intérêt général", a précisé Mme Hoszowska.

Varsovie menacée de sanctions

Après une requête "urgente" de la Commission européenne, la CJUE a ordonné fin juillet la suspension de l'abattage des arbres dans ce site naturel protégé, en attendant qu'elle prenne une décision finale sur le référé déposé le 13 juillet par l'exécutif européen.

A terme, cette procédure peut éventuellement mener à des sanctions financières contre la Pologne.

La Pologne soutient qu'elle procède à des coupes de "protection" pour notamment stopper des attaques d'insectes xylophages. La Commission estime au contraire que les mesures des autorités polonaises menacent la faune.

ATS