Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La commune de Casale Monferrato, où était basée une des usines de la société Eternit S.p.A Gênes, a finalement refusé une offre d'indemnisation du milliardaire suisse Stephan Schmidheiny. La commune aurait dû en échange se retirer de la liste des parties civiles du procès des victimes de l'amiante.

L'exécutif de la commune a rejeté vendredi cette offre d'indemnisation, d'un montant de 18,3 millions d'euros. Elle avait été approuvée le 17 décembre par le conseil communal (législatif) de cette localité du Piémont.

Le gouvernement de Rome s'était opposé à un abandon par la commune de son statut de partie civile et avait fait pression sur les autorités municipales pour qu'elles reviennent sur cette décision. Le syndic de la ville, Giorgio Demezzi, avait participé le 26 janvier à une rencontre avec les ministres de la santé Renato Balduzzi et de l'environnement Corrado Clini.

Cette décision a été "difficile et particulièrement complexe", a reconnu M. Demezzi. La commune avait pris en compte l'offre de M. Schmidheiny, "mais nous n'avons jamais cessé de chercher des solutions alternatives", a ajouté le syndic.

Familles des victimes satisfaites

L'objectif était de trouver un accord astreignant l'Etat et les autorités locales à résoudre les problèmes d'amiante de Casale Monferrato.

L'association des familles des victimes de l'amiante (Afeva) a exprimé sa satisfaction après l'annonce de cette décision. "Les souffrances et le tort subis par la ville ont été, et sont encore, trop grands pour pouvoir être réglés simplement par un accord à caractère économique", a déclaré à l'agence AGI un de ses membres, Bruno Pesce, saluant un "choix juste".

Un porte-parole de M. Schmidheiny s'est de son côté dit déçu. Les autorités municipales "devront motiver leur décision et en répondre", alors qu'elles avaient initialement accepté l'offre à deux contre un, a-t-il indiqué dans une prise de position transmise à l'ats.

ATS