Le MPC a jusqu'à présent ouvert une procédure pénale contre une banque suisse dans l'affaire du géant pétrolier Petrobras. D'autres établissements helvétiques pourraient être concernés, a indiqué vendredi le procureur de la Confédération Michael Lauber.

Il s'agit d'observer une procédure minutieuse, a indiqué le patron du Ministère public de la Confédération (MPC) qui s'exprimait devant la presse à l'occasion de la publication du rapport d'activités 2017. Les banques ont d'excellents avocats et il ne faudrait pas échouer pour des questions formelles.

L'autorité fédérale a ouvert plus de 100 procédures pénales en lien avec la firme brésilienne. Elle a en outre bloqué plus d'un milliard de francs. Deux cents millions ont été restitués au Brésil.

D'innombrables personnalités du monde économique et politique sont impliquées dans ce scandale de corruption qui touche l'entreprise pétrolière contrôlée par l'Etat. De 2004 à 2014, plus de 20 firmes, notamment du secteur de la construction, auraient versé des pots-de-vin à Petrobras. Celle-ci aurait à son tour corrompu des politiciens.

Poursuite possible contre Sonko

Le procureur adjoint Ruedi Montanari a également annoncé quelques nouveautés sur l'ancien ministre de l'Intérieur gambien, Ousman Sonko, arrêté fin janvier 2017 à Lyss (BE). Il devrait engager des poursuites pour deux cas contraires au droit pénal international. Cela concerne le Libéria et la Gambie.

Ousman Sonko séjournait dans un centre de transit pour requérants d'asile en Suisse lorsqu'il a été arrêté. Il revient au MPC de traiter les cas de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité lorsque des personnes soupçonnées de ces crimes se trouvent en Suisse. Un simple transit suffit. Actuellement, l'Autorité fédérale traite 17 cas de ce type, a précisé M. Montanari.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.